Les jumeaux Winklevoss: De Facebook à Bitcoin
Big Data, Partie #3 – Big Data et la Politique
28 janvier 2014
10 ans fb
10 ans de Facebook : un avenir?
6 février 2014
les jumeaux

 winklevoss_twins

Absolument hyperactifs, fascinés par l’ombre (l’aventure des Bitcoins) et la lumière (les jeux Olympiques de Pékin), Tyler et Cameron Winklevoss sont nés le 21 Aout 1981 près de New York dans un milieu intellectuel : le père –Howard E. Winklevoss – était professeur de science actuarielle (calcul de probabilités appliquées aux assurances vie). Il est l’auteur d’un livre de référence dans le domaine. Leur mère était une psychiatre de renom. Très tôt les jumeaux manifestent un goût pour « le différent » en choisissant d’étudier le latin et le grec ancien. A 19 ans, ils entrent à Harvard, et sont envoyés faire un stage à Oxford (en Angleterre) où ils en profitent pour gagner un « bleu » (la plus haute distinction pour avoir atteint le plus haut niveau de compétition) dans la célèbre course d’aviron entre Oxford et Cambridge.

En 2007 ils gagnent une médaille d’or pour l’aviron en équipe, et finiront en double seconds aux jeux Olympiques de Pékin.

Harvard sera leur premier terrain d’expérimentation. Les deux frères créent (avec leur ami Divya Narendra) la HarvardConnection qui permet aux étudiants de simplement poster des messages, inviter des amis et ajouter des activités à leur profile.

Pendant ce temps un jeune « bizuth », fils d’un dentiste et d’une psychiatre de New-York travaillait sur un projet (qui deviendra Facemash), et choisit d’accélérer les souscriptions en accédant illégalement à la partie « privée » du réseau de l’école pour copier quelques profiles d’étudiants et des photos d’identité disponibles pour chaque dortoir, ce qui lui vaudra d’être poursuivi par l’Université et évitera de justesse le renvoi.

Les frères Winklevoss décident d’embaucher le jeune « geek » pour améliorer la HarvardConnection. Il ne faudra pas longtemps à ce dernier pour réaliser qu’il y a une énorme demande. Il abandonne alors la HarvardConnection (qui devient ConnectU) et décide (sans plus se poser de problème) de garder ses programmes et les nouvelles idées qu’il a glanées. Il développe alors son propre système : The Facebook. Vous l’avez deviné il s’agit du jeune Marc Zuckerberg. La suite fait partie de la légende racontée dans le film « Le Réseau Social ».

Bien sûr les jumeaux sont furieux, et ils attaquent Zuckerberg… et gagnent ! Facebook sera condamné, mais à payer, mais seulement 130 millions de dollars ! Arès avoir tenté de faire appel, les frères Winklevoss décident alors d’arrêter leur procès et d’investir l’argent  en créant en 2012 un fond d’investissement : Winklevoss Capital management qui va se spécialiser dans le « seed funding » c’est-à-dire les sociétés en création au tout début de leur recherche de capital.

Un des premiers investissements de WCM est SumZero (un fond d’investissements), créé par Divya Narendra (oui, le même). D’autres sociétés suivront : Hukkster (« on line shopping ») et Keepy (partage de photos de famille).

En avril 2012, WCM découvre les Bitcoins et achètent 1% de tous les Bitcoins existant à cette date et représentant 11 millions de dollars au début de 2013. L’investissement vaut au moins 5 fois plus maintenant. Mais les Winklevoss ne s’arrêtent pas là. Le 1er Juillet 2013, Ils utilisent une de leurs sociétés (Math-Based Assets Services) pour créer le Winklevoss Bit Coin Fund. Ce fond investira en 2013 1,5 millions de dollars dans la création d’un payeur en Bitcoins : BitInstant. C’est cette société qui vaut aujourd’hui aux jumeaux une nouvelle entrée dans les médias : Au moment où nous écrivons cet article, le CEO (directeur général) Charles Shrem est en état d’arrestation par la police américaine pour complicité avec Robert Faella (lui aussi arrêté) pour collusion et complicité dans divers trafics de drogue via le site BTCKing accusé d’être un site de blanchiment d’argent (ou plutôt de Bitcoins) de la  célèbre « Route de la Soie » (Silk Road).

Pour l’instant l’histoire s’arrête là… mais l’épopée, n‘en doutez pas, continue. A suivre.