Lumia 1020: Nokia encore trop étranger à la Vallée pour s’imposer?

Nokia va lancer fin juillet, en primeur aux Etats-Unis, son Lumia 1020, un smartphone doté d’un capteur photo de 41 mégapixels. Une petite révolution que la Silicon Valley soutient en ordre dispersé. Délit de non-initié?

Le fabricant de téléphones portables finlandais a présenté ce jeudi un nouveau smartphone doté d’un appareil photo haut de gamme inédit sur le marché. Le PDG de l’entreprise, Stephen Elop, a conclu un accord avec l’opérateur AT&T, lequel pourra le commercialiser en primeur pour son réseau 4G LTE dès le 26 juillet. Son prix sera de 299 dollars US pour tout engagement de 24 mois auprès de l’opérateur.

L’Europe et ses marchés clés – France, Grande-Bretagne, Allemagne et Italie – devront cette fois attendre plus de deux mois pour en profiter: signe que la marque Nokia tente de s’imposer par la force sur le marché nord-américain, largement dominé par l’iPhone et la cohorte de téléphones Android.

Peur de l’étranger? Nokia USA est pourtant situé au coeur de la Vallée, mais qui le sait?

Quels sont les atouts du Lumia 1020?

Un écran AMOLED de 4,5 pouces et une résolution HD, un processeur double coeur Snapdragon, plus de 2 Go de mémoire vive, 32 Go de stockage, une caméra frontale de 1,2 Mpbx et l’ensemble des éléments de connectivité les plus récents: Bluetooth, GPS, NFC, 2G, 3G, 4G, LTE.

Et puis il y a l’argument photogénique. C’est le premier Windows Phone à embarquer une optique de 41 mégapixels, une “sensation” dont seul le 808 PureView dévoilé en février 2012 (dans la gamme Symbian) pouvait se vanter. Le nouveau Lumia est doté d’un capteur lui permettant de prendre des photos atteignant 7712 sur 5360 pixels. Il peut aussi prendre simultanément une copie haute résolution d’une photo (38 Mpx) pour l’édition et une plus légère (5 Mpx) pour les échanges sur Internet.

Des premières secondes aux dernières exclamations des différents représentants de Nokia à New-York, le terme “photo” est devenu le leitmotiv d’une entreprise high-tech en recherche de sa singularité, pour renforcer l’attraction de la marque face à Apple et Samsung.

L’entreprise mise sur deux secteurs d’investissement clés: la photo/vidéo et le son. Dans l’optique de cette spécialisation photo, un kit de développement (SDK) – décodage, intégration, filtres, effets, retouches- est livré gratuitement aux développeurs par Nokia pour créer des applications dédiées à la photo.

Analystes attentifs et attentistes

Lors de la conférence de presse organisée à New-York, l’un des premiers avis d’experts a été envoyé à la presse par IDC (Ndlr: avant même que la présentation ne soit terminée). John Delaney y estimait qu’une “technologie d’imagerie aussi avancée ne suffira pas pour assurer le succès d’un produit”. Il reconnaît toutefois que les “capacités photo et audio de l’appareil vont attirer l’attention des utilisateurs vers ses produits.”

Chez IHS, Daniel Gleeson parle d’un “outil marketing pour impressionner les consommateurs.”, mais prévient: “ce Lumia 1020 seul ne ranimera pas Nokia.” Tony Cripps, un expert du cabinet Ovum, reconnaît toutefois que la voie tracée par Nokia – imagerie, son – est “cruciale pour sa stratégie à long terme en vue de se différencier sur le marché.”

Names, names, names!

Nokia le sait: sans les fers de lance du secteur mobile, peu de chances de salut. Le Finlandais n’a pas ménagé sa monture pour accompagner ce lancement de “big names”, principalement issus de la région de la Vallée. Sans dévoiler de date de lancement officiel, le constructeur s’est offert la collaboration de:

Vine (Twitter), San Francisco.
Flipboard, Palo Alto.
Yelp, San Francisco.
Hipstamatic, San Francisco.
Path, San Francisco.

Manque encore à l’appel? Instagram!

Même si la future application Ogg Pro signée Hipstamatic permettra – en rustine – de poster sa photo sur le réseau social de photos retouchées et de vidéos courtes, voilà une absence symbolique. Kevin Systrom, son CEO, a pourtant assuré fin juin qu’aucun projet n’était prévu à court terme, que ce soit sur BlackBerry 10 ou Windows Phone 8. Difficile toutefois pour Nokia de ne pas revendiquer une voix au chapitre Instagram, quand on sait que 100 millions d’utilisateurs actifs sont convaincus chaque mois par cette application phare.

Chargé des partenariats pour Nokia, Bryan Biniak ne ménage pas ses efforts pour attirer le réseau sur la plateforme mobile de Microsoft, si possible en exclusivité pour la gamme Lumia, à en croire des confidences publiées sur le site TechCrunch: “Nous y travaillons sans relâche”, confie-t-il, “en collaborant de manière étroite avec Facebook, entreprise avec laquelle Microsoft entretient des relations de proximité, ce qui s’est notamment traduit par l’introduction du moteur Bing sur le réseau social.”

Jusqu’ici, Instagram s’est d’abord imposé sur iPhone pour s’étendre sur l’inévitable Android – un système d’exploitation où la qualité des capteurs photo n’est pas toujours de nature à redorer son blason, mais l’argument du nombre frappait trop fort. Nokia représente un atout de taille pour Instagram: la qualité de ses capteurs photos Carl Zeiss, à plus forte raison sur les modèles 920, 925, 928 (Verizon) et le futur 1020.

Lost in translation?

Attirer dans ses filets des entreprises à succès comme Path, Vine, Yelp, Hipstamatic, ce n’est pas si mal au fond.

Aurait-il fallu que la présentation se déroulât au plus près des ténors de la Silicon Valley, à San Francisco, plutôt qu’à New-York? Sans doute. L’erreur de symbole avait déjà été commise par BlackBerry au lancement du Z10 début 2013.

Pourquoi à San Francisco et pas New-York, Toronto, Paris ou Londres? Pour s’inscrire dans le sillon. Une entreprise finlandaise – quelque géant qu’elle fût jusqu’à l’arrivée de l’iPhone – souffre probablement d’un déficit d’image et de proximité avec le “pouvoir en place”, en plus d’avoir opté pour un système d’exploitation face auquel les développeurs font toujours preuve d’un mélange d’attraction d’arrière-plan et d’attentisme difficile à lever. Quelques jours plus tôt, Dropbox organisait à San Francisco une conférence dédiée à ses produits et développeurs. Deux systèmes d’exploitation ont été abordés: iOS et Android. Windows Phone a été entièrement snobbé.

Nokia dispose pourtant déjà d’une représentation à Sunnyvale, mais ce qui pourrait passer pour un showroom IKEA de plus dans la région doit être renforcé pour ne plus passer pour un office du tourisme finlandais aux yeux des natifs du coin, Apple et Google. En février dernier, nous vous racontions déjà la décision de Samsung de s’implanter à Moutain View, alors que l’entreprise dispose d’une représentation à San Jose depuis plus de vingt ans: le sillon.

Avoir misé sur Windows Phone était un pari risqué pour Nokia. Son PDG Stephen Elop le reconnaît volontiers, mais s’y tient. L’entreprise est devenue un allié qui permet à Microsoft de garder le cap et de faire évoluer un Windows Phone qui peine toujours à s’imposer: Nokia aurait pu – et peut toujours – céder à l’attraction d’Android. Les destins de Nokia et de Microsoft sont ainsi liés. Avoir, pour Nokia, réuni à la table de son Lumia 1020 autant de noms prestigieux issus du monde mobile – et de la Vallée – est un accomplissement remarquable. Nokia rend Windows Phone 8 un peu plus “cool”. C’est déjà cela de gagné.

Le choix du marché américain pour un tel lancement va se traduire par une large couverture et promotion de rentrée 2013 via AT&T, qui en bénéficiera en exclusivité. Avant que d’autres terminaux – couvrant d’autres besoins et d’autres budgets! – ne viennent soutenir le mouvement estival? Une invitation sera-t-elle bientôt lancée au Yerba Buena Center for the Arts à San Francisco pour le lancement d’un futur nouveau produit de la marque? Une future tablette?

Le sillon a probablement besoin d’être dérangé par des étrangers aux voisins du cru, Google et Apple, dont les relations de haine et d’amitié ont formé un duopole asphyxiant pour un marché du mobile recroquevillé dans la Baie. Microsoft et Nokia sont mieux armés et financés que le canadien BlackBerry dans cette course à la survie sur les marchés occidentaux.

En attendant, Nokia publiera ses résultats le 18 juillet prochain. Aucun miracle n’est attendu… d’ici là.

Vous êtes désormais inscrit à la newsletter de Silicon-Valley.fr !