« Yo » la nouvelle application en vogue victime d’un hacker

Dans la même lignée que le Wizz de MSN Messenger et le Poke de Facebook, une nouvelle application nommée « Yo » fait le buzz sur internet. Son principe assez simple vous permet de communiquer avec vos amis en envoyant un message composé uniquement de deux lettres : Yo. Provoquant une vague de scepticisme et de sarcasme sur les réseaux sociaux, l’application a tout de même réussit à lever la somme d’1,2 millions d’euros. Son succès lui a d’ailleurs valu d’être victime hacking !

L’origine de « Yo »

D’abord perçue comme une blague, en raison de sa sortie un premier avril, « Yo » est devenue une application incontournable. Ridicule de simplicité, l’application permettant de communiquer de façon binaire a malgré tout rassemblé une somme d’1,2 millions d’euros auprès de différents investisseurs tels que le business angel Moshe Hogeg, de Mobli. Le montant est certes relativement peu élevé, mais il a convaincu Or Arbel, son créateur, de quitter l’Israël pour s’installer à San Francisco et développer l’application. A tort ou à raison ?

Selon TechCrunch, l’application développée en seulement huit heures rassemble déjà 50 000  fervents utilisateurs, ayant déjà envoyé plus de 4 millions de « Yo ». Disponible sur l’AppStore, l’application avait d’abord été refusée par Apple pensant qu’elle n’était pas terminée.

Mais quelle est son utilité exactement ?

Son utilisation est on ne peut plus simple, il suffit de se créer un compte utilisateur, puis d’ajouter des contacts depuis son répertoire téléphonique, son compte Facebook ou Twitter, et enfin leur envoyer des « Yo ». Le but étant de récolter un maximum de « Yo » et de pouvoir communiquer sans avoir besoin d’écrire.

Or Arbel a déjà imaginé de nombreuses possibilités d’utilisation pour son application, notamment avec la période de la coupe du monde. « Yo » a en effet intégré une fonctionnalité permettant de recevoir un « Yo » pour chaque but marqué.

L’application propose en quelque sorte un système de notification. On peut donc imaginer par exemple des sites de publications d’articles ou des blogueurs s’en servir pour informer leurs lecteurs de la publication d’un nouveau billet.

Un succès qui a parfois ses torts

Yo a été victime de son succès, car elle a subit l’attaque d’un hacker dans la journée. Les créateurs de l’application ont avoué faire face à un problème de sécurité et déclaré que l’ensemble de l’équipe travaillait sur le sujet afin de le résoudre au plus vite.

Le pirate informatique a utilisé une faille de l’interface afin d’afficher un certains nombre de messages, incitant notamment les utilisateurs à tweeter l’information grâce au hashtag #YoBeenHacked.

L’application ne demandant pas aux utilisateurs d’accès à leurs données personnelles, il ne devrait pas y avoir de risques de fuite massive d’informations. Cependant la capacité des hackers à lier un pseudo au numéro de téléphone pourrait poser problème pour les utilisateurs ayant utilisés leur nom et prénom comme pseudo.

Comme un grand nombre d’applications développées en Silicon Valley avant elle, « Yo » risque de tomber dans l’oubli avant d’avoir fêté sa première année.

Nous ce qu’on en pense c’est … Yo.

 

Vous êtes désormais inscrit à la newsletter de Silicon-Valley.fr !