Les avancées technologiques à surveiller

Bien que ces derniers temps la tendance dans la Silicon Valley était plutôt du coté des applications, des API et de réseau sociaux, nous avons très récemment eu droit a un regain de créativité en terme de hardware, et je vous propose ici de faire un petit tour de ce qui fait friser les neurones des ingénieurs du cru.

On s’intéressera essentiellement aux innovations qui sont susceptibles de déboucher sur des produits de consommation, laissant de coté pour le moment d’autres secteurs très actifs comme celui des énergies renouvelables et les biosciences.

Le nouveau souffle de la troisième dimension

La troisième dimension n’a pas encore pris dans le monde virtuel la place qu’on peut lui attribuer dans nos vies terrestres. Si les cinémas et les écrans 3D ont pris leur place dans le confort moderne, l’intérêt qu’ils suscitent s’est un peu éteint.

Peut-être que l’attention s’est vue détournée par les surfaces et les tablettes, qui rendent le monde plat à dessein.

La vision stéréoscopique (peut-être rappeler la définition ici en quelques mots ?) laisse maintenant place à la profondeur, et nombreux sont les projets qui vont dans ce sens. Amazon a présenté son Fire Phone, qui permet de restituer une impression de 3D sur un téléphone en jouant sur la parallaxe : l’affichage « tourne » selon la position de votre visage par rapport au terminal.

De l’autre cote du miroir,deux projets vous proposent de scanner votre environnement pour en faire une carte tridimensionnelle. L’add-on Structure développé par Occipital pour iPad vous promet ainsi de pouvoir déterminer si tel meuble vu chez Ikea (celui d’Emeryville, par exemple) logera dans votre salon, tandis que Google buche dur sur le Project Tango, pour que vous puissiez interagir avec celui-ci (et à l’occasion faire des maps de votre intérieur, si des fois vous avez peur de vous perdre.)

(Il est en outre intéressant de noter que le Kinect, le projet Tango et le Fire Phone ont un père commun en la personne de Johnny Lee (123), un vrai 10xer !)

Dernière avancée, celle de la 3D sans lunette et multi-angle. Deux projets, deux visions, celles d’Ostendo Technologies et de Leia, Inc. La première société a récemment levé 90 millions de dollars, et s’apprête à attaquer le marché des téléphones portables. La seconde, fondée par le français David Fattal en tant que spin-off issue de ses recherches au HP Labs, vise le même secteur, avec une technologie qui semble plus concrète, même si dans les deux cas, peu de choses ont filtré pour l’instant.

L’attaque des drones

Les drones font leur grand coming out !
Apres que Parrot (cocorico) ait permis au grand public de gouter aux joies des drones, ils reviennent avec cette fois l’intention de vous faire découvrir de nouveaux horizons avec le Bebop, en immersion totale si vous avez la chance de chausser un Oculus Rift.

Si vous êtes un grand sportif, mais que vous avez le mal de mer, vous pourrez certainement vous rattraper avec le Hexo+ (cocorico++), qui rencontre en ce moment un franc succès avec sa campagne Kickstarter.
Manque de bol pour les locaux, le service des parcs nationaux américain a annoncé l’interdiction de l’utilisation des drones sur ses terrains.

Autre revers de fortune, celui d’Amazon qui avait annoncé son souhait de mettre en place un service de livraison par drone, avant de se rétracter et de faire maintenant face au refus de la Federal Aviation Administration d’autoriser les vols de drones commerciaux– sans compter les problèmes que posent les drones en termes d’acceptation publique.

Tout n’est pas perdu cependant; les avancées en termes de géolocalisation précise de nuées de drones laissent présager d’intéressantes applications, peut-être industrielles.

Apres 2Pac en hologramme, David Guetta aux commandes d’une nuée de drones ?

Dans domaine un peu similaire, il faut noter l’existence de Cubli, développé a l’ETH de Zurich, qui utilise le principe même des gyroscopes présents dans les drones pour se mouvoir, mais sur la terre ferme cette fois-ci. On ne sait pas encore à quoi cela pourrait bien servir, mais on admire la prouesse.

Le mouvement maker

Nul ne pourrait parler d’innovation sans parler du mouvement des makers, remettant au gout du jour les expériences montées dans un garage qui font parti du mythe de la Silicon Valley.

Alors que tout était devenu plus dur et plus compliqué (comment améliorer un ordinateur quand il y a des centaines de composants allant de concert), l’arrivée des apps, d’Arduino, Raspberry Pi et l’impression 3D additive a redonné du baume au cœur aux hobbyist, les Maker Faire essaimant aux quatre coins, en passant par la Maison Blanche.

D’une part des idées nouvelles émergent et peuvent être testées, de l’autre l’arrivée du crowdfunding a permis de tester presque gratuitement la demande et de résoudre les problèmes de trésorerie que pose la fabrication à grande échelle de ces idées.

Internet of Thing

Le prochain big thing dont tout le monde parle, c’est l’Internet of Things.

Cela est déjà en train de venir, avec les wearables (le bracelet Fitbit, le Nike Fuelband), puis le rachat de Nest par Google et la déferlante annoncée des montres connectées (la Pebble Watch et la Samsung Gear 2 ont ouvert le pas; Motorola a présenté le premier design qui ressemble à quelque chose et l’on attend une riposte de la part d’Apple, qui intrigue en dévoilant son Healthbook avant l‘heure.)

L’infrastructure reliant les objets se met en place (citons l’entreprise française Sigfox qui a récemment levé des fonds importants pour assurer son développement).

De manière générale, la sécurité des objets connectés reste un problème majeur; le bug heartbleed nous l’a rappelé avec vigueur. Comme s’il fallait illustrer ce dernier point, un défaut de sécurité des boitiers Nest a entrainé le rappel de ses unités, même si le problème semble résolu pour l’instant.

Du côté des transports

Tesla a annoncé qu’ils renonçaient à leurs droits sur certains de leurs brevets, afin de ne pas entraver l’essor des véhicules électriques. Peut-être que le projet de Gigafactory (pour l’assemblage de batterie) et les collaborations avec BMW y sont pour quelque chose.

Elon Musk toujours, SpaceX qui veut vous envoyer dans l’espace (et in fine sur Mars) a réussi la prouesse de faire décoller un fusée et à la faire ré-atterir un peu plus loin, ce qui s’apparente à tirer une flèche en l’air et la faire ré-atterir sur son empennage, pour la réutiliser ensuite. Ca n’a l’air de rien, mais c’est un grand pas de fait vers les vols commerciaux.

De son cote, Harley Davidson a annoncé la première moto électrique venant d’un constructeur majeur. Plus de boite de vitesse, une accélération qui propulse l’engin à 100km/h en 4 secondes, les avantages sont nombreux, en dépit d’une autonomie limitée.

Encore faut-il savoir si une moto silencieuse parviendra à séduire les bikers.

La conduite autonome, incarnée par les Google Cars, poursuit son chemin, tandis que les législateurs s’échinent à trouver un cadre légal en ce qui concerne la sécurité routière. Si votre bolide ne risque pas d’agresser ses passagers, est-il légitime de coller des amendes à un ordinateur de bord?

La question est immense, car quand bien même les accidents de la route seraient réduits par dix, la responsabilité des personnes ne peut être abolie et pose de nouvelles questions juridiques.

Hardware

Pour finir, n’oublions pas que dans « Silicon Valley », il y a “silicium” (et non silicone; on n’est pas a Miami quand même!).

Au niveau des fonderies, la photolithographie par extreme UV, qui permet de fabriquer des microprocesseurs en utilisant des faisceaux de lumière 15 fois plus fin que la technologie actuelle, arrive discrètement mais surement.

Cette technologie, probablement la dernière itération des designs actuels avant que la loi de Moore se heurte au mur quantique— les transistors atteignent désormais une taille inférieure a la centaine d’atomes de largeur— devrait se propager une fois que les problèmes concernant les sources EUV seront levés.

Du cote des architectures informatiques, Hewlett Packard a très récemment présenté un nouveau concept d’ordinateur, dans lequel ils ont mis tous leurs moyens, tant et si bien que le budget marketing s’en est trouve dépassé et qu’ils ont appelé la chose “The Machine”. Il s’agit d’une machine hybride qui introduit des technologies dont le mix est inédit : des circuits photoniques et des memristors.

Software

L’innovation se trouve aussi au niveau des softwares, car tout le monde se rend compte qu’à force d’accumuler des données, il faut bien en faire quelque chose.

L’ère du big data (notre académie des sciences lui préfère le terme datamasse, un peu awkward mais sympathique) et du cloud se sont développés en grande partie grâce aux avancées qu’on permis MapReduce et les bases de données NoSQL.

Ces six derniers mois, la mode s’est portée vers ce que l’on appelle le Deep Learning, qui est en quelque sorte une extension du Machine Learning : un apprentissage par l’ordinateur poussé dans ses retranchements. Si l’on ne sait pas encore très bien pourquoi le Deep Learning fonctionne si bien, elle permet d’atteindre des performances très intéressantes en terme de reconnaissance de visage (pensez aux tags Facebook) ou de reconnaissance vocale (pensez au Siri d’Apple).

Tant est si bien que les deux plus grande sociétés liées au Big Data se sont mis à débaucher à grand frais les stars du domaine : Yann LeCun s’est vu offrir un labo chez Facebook, tandis que Google a racheté la compagnie Deepmind.

Sur un registre plus récréatif, il faut mentionner le succès fracassant de Yo, sorte de mix entre le poke sur Facebook et boite la Meuh développé par la société LifeBeforeUs qui ramène les communications sociales a leur forme la plus primitive. Aussi basique qu’en soit l’interface, nul n’est à l’abri des hackers, comme le souligne Benoit!

Conclusion

On ne sait pas encore lesquelles de ces technologies sont des fads ou des tendances vivaces, mais force est de constater que la machine à idée tourne à plein. Que les esprits chagrins qui ont critiqué le rachat de WhatsApp pour une somme frôlant le budget de la Nasa alloué au projet Apollo soient rassurés !

Si nous n’avons pas discuté des Google Glass et de l’Oculus Rift, des choses se préparent et s’entrecroisent: tandis que Google veut quitter le monde clos d’internet pour vous assister dans la vie réelle, Facebook vous promet de vous extraire des limites du quotidien.
Le monde comme volonté ou comme représentation.

Tous les regards sont maintenant tournés vers la série des grandes messes à venir, ou qui viennent d’avoir lieu, comme le  Google I/O dont vous trouverez un compte-rendu sur notre site. Les apôtres de disruption tiennent les rênes, même si ce ne sont pas forcement ceux que l’ont croit; ainsi va de Taco Bell qui s’est récemment affublé d’un resident disruptor !

 

Ressources

Voici quelques ressources pour ceux qui voudraient en apprendre plus sur les choses qui secouent la vallée, en version originale :
WiredEngadgetSlashgearTechCrunchThe VergeIEEE spectrum – EETimes – Pando Daily

Vous êtes désormais inscrit à la newsletter de Silicon-Valley.fr !