@Large : Ai Weiwei est à Alcatraz !

C’est grâce à l’action de Cheryl Haines, Founding  Executive Director de la Fondation FOR-SITE, qu’une foule qui devrait atteindre plus de 500,000 personnes que cette exposition (on dit « arrangement ») aura le plaisir de visiter cette exposition unique qui devrait rester ouverte jusqu’en Avril 2015.

Commençons par l’artiste lui-même. Ai Weiwei est déjà une étoile mondiale. Il a participé à la conception du fameux « nid d’oiseau » construit pour les Olympiades 2008 à Pékin. Il a déjà partipé à deux expositions à San Francisco, en liaison avec le Présidio. Ai Weiwei a été emprisonné en Chine (pendant 80 jours) pour « unsubordination ». Il est maintenant  empêché de quitter le territoire Chinois et sous constante surveillance.

Le lieu aussi est remarquable. Alcatraz est visité par un million et demi de visiteurs chaque année. C’est la prison la plus célèbre du monde et maintenant ouverte au public. Les fantômes d’Al Capone, de George « Machine-Gun » Kelly, et Alvin Karps (le premier ennemi public numéro un) hantent encore (dit-on) les couloirs. Alcatraz est une île posée au milieu de la baie de San Francisco.

L’affaire se fit lorsque Cheryl Haines alla visiter son ami Ai à Pékin en 2011. Elle raconte son histoire dans l’introduction à l’exposition : « j’ai demandé à l’artiste quelle petite chose je pouvais faire pour lui (…) il m’a répondu qu’il espérait que je pourrais aider à la diffusion de son art et de ses idées (…) Je lui ai alors demandé « et si je vous apportais une prison ». Sa réponse fut immédiate : « oui, j’aimerai bien ça… ». En retournant à San Francisco, j’ai immédiatement contacté le Golden Gate National  Parks Conservancy qui contrôle l’usage du Golden Gate Park et d’Alcatraz ». Immédiatement l’enthousiasme fut général et les différents obstacles (y compris le financement) disparurent.

L’exposition est immense. Elle contient des centaines de pièces, ainsi que plus de 1.200.000 pièces de Lego qui sont la base des gigantesques dessins directement posés sur le sol. Ces dessins rendent hommage à des « prisonniers » célèbres dont Nelson Mandela, Edward Snowden (oui, c’est pour Ai Weiwei un héro de la liberté).

Au centre de l’exposition un gigantesque cerf-volant accueille les visiteurs.  Avec-le-Vent est une re-interprétation du dragon volant des mythes chinois. Chaque cerf-volant qui constitue le corps du dragon contient des citations des différents exilés ou prisonniers de la liberté. Pour Weiwei, ce dragon représente la liberté personnelle à laquelle chacun a droit. Weiwei explique que cette liberté existe toujours, même si elle n’est que le droit de rêver pour certains. La symbolique de ce gigantesque dragon, enchaîné au milieu d’une prison, et disposé comme s’il était prêt à prendre son essor est incroyablement puissante.

Un autre arrangement est appelé Trace. C’est une vaste composition représentant 176 portraits de dissidents célèbres. L’aspect le plus remarquable est que la composition, divisée en cinq parterres contenant chacun une trentaines de portraits est entièrement composée de briques Lego. Il y en a 1.200.000 !. Comme Weiwei ne pouvait lui-même venir à Alcatraz, la disposition des pièces a été faite pour les premières par Weiwei lui-même, et ensuite par plus de 80 étudiants et artistes de San Francisco à partir d’une grille digitale composée par Weiwei et envoyée par l’Internet, avec en retour les photos des portraits en cours.

John Forge et Yves Lewi (pour la superbe photo) de In The Wind)

Vous êtes désormais inscrit à la newsletter de Silicon-Valley.fr !