Pourquoi le NFC ne survivra pas au Bluetooth Low Energy? Eclairage sur l’avenir du paiement wireless.

Depuis combien de temps rêve-t-on de pouvoir payer sans avoir à sortir sa carte bleue coincée dans un porte-monnaie trop petit, lui-même enfoui dans une poche ou un sac à main trop rempli? Depuis des années, l’industrie du paiement en ligne et les réseaux de téléphonie mobile espèrent que LA technologie miracle émergera des besoins des consommateurs de payer toujours plus vite et à moindre friction avec leur smartphone. Est-ce le Near Field Communication (NFC), le Bluetooth Low Energy (BLE) qui remportera la course pour le monopole du paiement sans contact? Déblayons un peu cette jungle des technologies pour comprendre quelle est la vraie valeur ajoutée pour le consommateur.

Par paiement wireless, j’entends paiement par le smartphone et non pas paiement sans contact avec une carte bleue équipée d’une puce NFC. Si le Groupement des Cartes Bancaires lance en France une initiative nationale pour équiper la majorité des commerçants de terminaux NFC, je ne pense pas que l’avenir du paiement wireless soit matérialisé dans une carte de paiement, mais plutôt dans le smartphone, cet objet très personnel que l’on ne quitte plus où que l’on soit et quoi que l’on fasse. Contrairement à la carte bancaire, le smartphone est le cumul de plusieurs fonctions aujourd’hui indispensables lors d’un achat: le porte-monnaie, les cartes de fidélité, les cartes d’abonnement à recharger, etc.

Les banques, les distributeurs de cartes de paiement ou les fabricants de smartphone: qui lead le paiement wireless par NFC ?

Depuis deux ans, de nombreux commerces aux Etats-Unis ont introduit la technologie NFC pour simplifier l’expérience client en leur donnant la possibilité de simplement scanner leur smartphone au passage en caisse. Selon une récente étude publiée par Forrester, 31% des américains qui utilisent un smartphone ont déjà payé par mobile dans un magasin.

Le système Near Field Communication autorise le paiement par transfert de données entre un smartphone équipé d’une puce RFID, Radio Frequency Identification, et la borne réceptrice dans un magasin. Grâce à cette technologie, des porte-monnaie virtuels – Google Wallet ou encore Isis Wallet – ont vu le jour pour permettre aux consommateurs d’utiliser leur argent digitalisé pour payer en magasin. Le récent partenariat MasterCard/Visa pour la commercialisation d’un nouveau système de paiement Host Card Emulation (HCE) propulse les banques et les services de carte bancaire sur la scène du paiement wireless. Créé par les deux distributeurs mondiaux de cartes bancaires, le HCE est tout simplement un cloud dans lequel sont sauvegardées les données personnelles de la carte bancaire et de son utilisateur. Ce cloud est accessible par n’importe quelle App installée sur un téléphone Android et le paiement se fait par transmission de données entre le cloud et le terminal de lecture dans le magasin. Grâce au HCE, MasterCard/Visa ont totalement renversé le jeu d’échec en apportant cette fonctionnalité de paiement wireless à n’importe quelle App. Terminé les files d’attente interminables chez Darty ou Décathlon ! Avec un système HCE dans les Apps de ces enseignes, les commerçants donnent la possibilité à leurs clients de simplement scanner leur smartphone pour payer leurs achats avec leurs cartes Visa ou MasterCard enregistrées dans le cloud.

Seulement voilà, si le NFC essaie de se faire une place au soleil, il existe plusieurs freins à l’adoption de la technologie et des signes qui ne trompent pas quand le premier fabricant mondial de smartphone fait du lobbying. Si ni l’iPhone 4, 4S ou encore le 5 n’ont été créés avec des puces NFC, c’est qu’Apple a déjà décidé que l’avenir du paiement sans contact serait ailleurs.

Le Bluetooth Low Energy devient indispensable au marketing de proximité

Les signes ne trompent pas : le Bluetooth Low Energy, aussi appelé Bluetooth 4.0 ou encore Bluetooth Smart, semble avoir convaincu les fabricants de smartphone et, de manière générale, l’industrie du paiement wireless. En juin 2013, à la Apple Worldwide Developers Conference (WWDC), la marque à la pomme dévoile iBeacon dans le nouvel iOS 7. Quelques mois plus tard, Apple installe des capteurs Beacons, connectés en Bluetooth, dans plus de 250 Apple Stores aux Etats-Unis. Au même moment, PayPal investit aussi sur les points de vente en installant des Beacons dans les magasins qui souhaitent donner la possibilité à leurs clients de payer leurs achats sur l’App PayPal.

Qu’est-ce que les Beacons ? Ce sont des capteurs sans fil, que l’on installe dans un endroit physique, qui communiquent avec un smartphone. Les Beacons utilisent la technologie du Bluetooth “à faible énergie” pour économiser la batterie du téléphone portable lorsque celui-ci reste connecté longtemps. Illustrons cette idée d’un cas pratique.

Imaginons que Brian fasse du shopping dans les rues de San Francisco. En s’approchant du grand magasin Macy’s, il rentre dans une région connectée à un Beacon, celui-ci installé dans la vitrine. Automatiquement son smartphone détecte le réseau Bluetooth LE du magasin et à partir de maintenant Brian et Macy’s peuvent échanger de l’information. Sans avoir besoin de passer en caisse, Brian peut scanner le code barre de l’article avec son smartphone et envoyer cette information par Bluetooth a Macy’s qui enregistre la transaction instantanement. Encore plus loin, grâce à cette technologie, Macy’s peut envoyer des offres promotionnelles ou coupons de réduction à Brian pour précipiter son achat. Et encore plus fort, Macy’s peut guider Brian dans les étages et rayons du magasin pour faciliter l’expérience shopping de ce dernier et s’assurer qu’il reparte satisfait de ses achats. Synchronisé avec des données clients – cartes de fidélités, habitudes shopping, historique du panier d’achat – le BLE est une opportunité unique pour les commerçants d’envoyer le bon message marketing au bon client, au bon endroit et au bon moment. La société Estimote commercialise déjà ces capteurs Beacons et nous fait une démo en vidéo de leur utilité.

La promesse des Beacons est simple: les utilisateurs de smartphone, situés dans une zone Beacon, bénéficient d’une expérience unique et optimisée grâce à la micro géolocalisation. Les Beacons sont une vrai opportunité d’améliorer le marketing de proximité et, dans ce sens, apportent une alternative à l’App Google Maps pour la géolocalisation indoor. Aujourd’hui le GPS de Google ne s’accommode pas bien des murs, des immeubles et, de manière générale, des objets citadins. En ville, la technologie de géolocalisation perd les lignes de vue qui permettent à l’App de situer un individu. Avez-vous déjà demandé à Google Maps de vous faire naviguer dans un terminal d’aéroport? Désormais avec le BLE, cela sera possible ! Une App de localisation pourra se synchroniser aves des capteurs Beacon pour aider l’utilisateur à se déplacer dans les endroits fermés, tel un grand magasin, un centre de conférence ou encore un réseau souterrain de transport public.

Le même exemple de Brian chez Macy’s ou à Roissy Charles-de-Gaulle ne serait pas possible avec la technologie NFC. La portée de transmission par NFC est très courte – entre 5 et 20 cm entre les objets – contrairement au BLE qui supporte une distance plus importante – jusqu’à 50 mètres. Autrement dit, à moins d’être extrêmement près d’un terminal de lecture NFC, le consommateur ne peut pas naviguer dans un magasin en restant connecté au réseau NFC. A cela s’ajoutent d’autres limitations pour que le NFC investisse largement les usages et espaces. Aujourd’hui peu nombreux sont les smartphones équipés d’une puce NFC, alors que nécessairement tous les mobiles ont la fonctionnalité Bluetooth déjà intégrée en “natif”. Autant vous préciser que si les géants du mobile – Apple, Samsung ou encore Google – ne sont pas convaincus que le NFC est l’avenir du paiement wireless, ils ne s’embêteront pas à équiper leurs terminaux mobiles d’un micro composant additionnel.

Si on parle aujourd’hui de paiement wireless avec un smartphone, l’avenir du paiement sans contact ne se fera pas QUE par le téléphone mobile. Depuis quelques mois, les wearables, objets du quotidien interconnectés, se font largement écouter sur le marché des nouvelles innovations technologiques. Les wearables révolutionnent les comportements des consommateurs, alors pourquoi pas ceux relatifs au paiement ? Qui ne serait pas tenté de payer son café chez Starbucks avec ses Google Glass ou de régler une course de Taxi avec sa montre Samsung Gear 2 ?

Vous êtes désormais inscrit à la newsletter de Silicon-Valley.fr !