CES 2020 de Las Vegas, que nous réservent les géants de la Tech ?

CES 2020 de Las Vegas, que nous réservent les géants de la Tech ?

https://cdn.ces.tech/ces/media/home/ces2020-blueworld-2_1920x816.jpg?ext=.jpg©CES

C’est l’événement incontournable consacré à l’innovation de ce début d’année 2020. Du 7 au 10 janvier, le CES de Las Vegas accueillera tous les grands noms de la tech pour présenter leurs nouveautés. Devenu incontournable, le Consumer Electronics Show c’est plus de 4500 sociétés qui exposent pour près de 170 000 visiteurs, des chiffres qui donnent le tournis.

Et si on faisait un peu le tri dans les probables grandes annonces de cette édition.

C’est une coutume depuis plusieurs années, le CES est souvent le moment idéal pour les grandes marques de présenter les dernières nouveautés qui vont être mises sur le marché. Bien sûr, les géants tentent tant bien que mal de garder le secret mais nous avons des informations sur quelques annonces qui auront lieu.

SAMSUNG : L’intelligence artificielle comme vitrine

Pas de nouveautés du côté des appareils mobiles pendant le CES, c’est une règle pour le fabricant Coréen. Mais cette année, l’accent sera mis sur l’intelligence artificielle, avec en tête d’affiche, NEON, développé par le Samsung Technology and Advanced Research Lab. Cet « Humain Artificiel », comme le présente Samsung, ne semble pas avoir de rapport avec les précédentes expériences (Bixby ou autres) de la marque.

https://images.frandroid.com/wp-content/uploads/2019/12/samsung-neon.jpg©Samsung

Samsung présentera probablement des nouveautés dans son département QLED TV ou bien du côté des Chromebooks et Notebooks.

SONY : Un stand tourné vers l’avenir de votre salon

Chez le constructeur japonais, l’accent sera mis sur les télévisions et notamment sur les technologies attenantes à la TV 8K. Sony est un pionnier de la TV 8K et veut rester le leader mondial dans ce domaine, son stand sera donc principalement articulé autour de ce sujet, agrémenté par des nouveautés Hifi et des accessoires audio (casques, écouteurs Bluetooth…). Beaucoup attendent des annonces sur la nouvelle PlayStation, qui sortira fin 2020, mais les informations arriveront au compte-gouttes au fil de l’année, il y a fort à parier que la firme japonaise ne dévoile pas toutes ses cartes et nous fasse saliver jusqu’au dernier moment sur sa PS5.

MICROSOFT : Surface et Xbox devraient se dévoiler un peu plus

L’année s’annonce importante pour le géant américain et notamment pour sa gamme Surface qui s’est étoffée avec les Surfaces Néo et Duo, modèles pliables. Tout le monde espère donc voir la famille s’agrandir et le CES semble être le moment idéal pour ce type de présentation.

Soyez parmi les premiers à être informés quand plus d’informations seront disponibles©Microsoft.fr

Mis à part son département hybrides PC et Tablette,  il y a une autre annonce majeure qui a eu lieu en cette fin d’année 2019, c’est l’arrivée de sa nouvelle console Xbox Series X, en concurrence directe avec Sony donc. Bien que le design ait déjà été révélé, il a d’ailleurs donné lieu à de nombreux détournements sur Twitter, nous n’avons que très peu de précisions sur les fonctionnalités de cette console Next-Gen, le CES sera donc un bon moyen de distiller quelques informations pour continuer à faire monter l’attente.

GOOGLE : Partenariats à gogo

Traditionnellement, l’entreprise fondée par Larry Page et Sergey Brin, n’annonce pas d’innovation matérielle pendant le CES, elle préfère les garder pour ses événements au cours de l’année. Le salon est surtout une occasion de mettre en avant l’ensemble de ses partenariats matériels, notamment avec les fabricants d’enceintes connectées ou de matériel connecté pour la maison (avec les nouvelles barres de son LG par exemple).

https://labo.fnac.com/wp-content/uploads/2019/12/LG-barres-des-son-CES-2020.jpg©LG

Nous avons d’ailleurs appris il y a quelques jours, que Google et d’autres géants rejoignaient le projet Zigbee, qui vise à définir de nouveaux standards universels pour les équipements intelligents et la domotique, nul doute que ce sera un sujet mis en avant. Le CES sera l’occasion de présenter les nouveautés concernant les logiciels de la firme Californienne, notamment les possibilités grandissantes de Google Assistant. Avec de nombreuses annonces en 2019, que peuvent-ils bien nous réserver cette année ? Peut-être des avancées sur sa version destinée aux entreprises.

APPLE : Un retour discret et un sujet au cœur de tous les échanges

Depuis 1992, la firme de Tim Cook, basée à Cupertino, n’a pas tenue de stand au CES et, ce ne sera encore pas pour cette année. Pourtant, dans les allées du salon, impossible de passer à coté des nombreux accessoires compatibles avec l’IPhone ou les autres produits de la marque à la pomme. https://i.f1g.fr/media/eidos/616x347_crop/2019/12/10/XVM79ec2b20-1b74-11ea-a0e7-e9356c04d0c7.jpg Le sujet qui ramène Apple à la table des discussions, car il s’agit bien d’une table ronde à laquelle va participer Jane Horvath, directrice de la confidentialité, c’est la protection des données et des utilisateurs. Un sujet vaste mais stratégique pour la plupart des acteurs du marché, qui sera sans aucun doute au cœur de nombreuses présentations, comme chez Huwei, le géant chinois. Au-delà de ses annonces en grande pompe par les géants de la tech, le CES regorge d’innovations technologiques développées par des start-ups. Sans nul doute que nous entendrons parler des plus intéressantes et des plus originales dans les jours qui viennent sur la plupart des sites spécialisés.

[share_box] [blog_slider]
Les nouveaux assistants personnels intelligents

Les nouveaux assistants personnels intelligents

Les nouveaux assistants personnels intelligents


Majoritairement présents dans nos smartphones il y a quelques années, on les retrouve désormais sous de nombreuses formes dans de nombreux objets connectés. Nous parlons aujourd’hui des assistants personnels intelligents que vous connaissez plus sous les noms de Siri, Alexa, Google Assistants ou encore Cortana et plus particulière des enceintes connectées qui hébergent ces assistants personnels intelligents.

Vous en avez certainement déjà utilisé un ou vous en possédez même peut-être un. Ces assistants personnels intelligents sont mêmes devenus des cadeaux tendances sous le sapin de Noël à travers les nouvelles enceintes connectées. Ils ont pendant longtemps été cantonnés à nos smartphones. Ils sont activables avec un ou plusieurs mots d’activations comme peuvent l’être un simple « Ok Google », « Alexa » ou encore « Dis Siri ». Ces assistants personnels intelligents se font désormais une place dans nos maisons et dans de nombreux autres objets connectés. Ils permettent de plus ou moins centraliser le fonctionnement et l’interopérabilité des équipements de la maison.

Aujourd’hui se sont deux grandes entreprises qui sont spécialisées dans les assistants personnels intelligents et qui se partagent le marché. On va retrouver Google et Amazon, deux entreprises présentes dans le top 3 du classement des entreprises les plus puissantes du monde en 2018 (Google 2ème et Amazon 3ème). Ces deux firmes ont lancé des gammes de produits  d’enceintes connectées (des assistants vocaux). Du coté de l’entreprise Google, on va alors principalement retrouver les Google Home et les Google Home Mini. Et pour Amazon cela va être les Amazon Echo avec sa technologie Alexa.

Google Home

Google Home

amazon echo

Amazon Echo

Les ventes et le marché de ces nouvelles technologies


Pour ce qui est des ventes, il est difficile de connaitre les données exactes car ces entreprises communiquent peu sur les ventes précises de hardware. Toutefois l’entreprise Canalys a publié sur son site de premiers éléments sur les ventes mondiales de ce qu’elle nomme les Smarts Speakers. Un premier comparatif entre les ventes du premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018 démontre une volonté forte de Google de s’implanter sur ce marché.

En effet, entre ces deux périodes les ventes ont augmenté de 483% pour la firme de Mountain View alors que dans le même temps les ventes d’Amazon n’ont augmenté que de 8%. Toujours sur cette période Google serait même passé leader du marché devant Amazon en terme de parts de marché avec 36.2% contre 27.7% pour Amazon.  (Source)

Depuis les deux entreprises sont très proches et semblent désormais s’échanger la première place. D’un point de vue plus général, c’est la Google Mini qui semble se vendre le mieux devant l’Amazon Echo et l’Amazon Echo Dot. Cependant sur l’ensemble Amazon semble leader sur les ventes de ces nouveaux assistants intelligents grâce aux bonnes ventes de ces deux produits. Nous ne disposons pas encore des données pour les ventes de ces appareils pour les fêtes de fin d’année, toutefois une chose est sur, ces produits ont connu de belle vente.

Ce que l’on peut dire avec certitude c’est que pour le nombre de téléchargement de l’application pour installer et configurer ces assistants est très élevé pour cette fin d’année. On les retrouve dans les tops applications téléchargées du moment. Google est loin devant, se classant aux environs de la 4ème place des applications les plus téléchargées sur le store français alors que l’application d’Amazon se positionne derrière la 10 place (13ème vraisemblablement). La Google Home mini et/ou la Google Home ont donc du être un cadeau phare des fêtes de fin d’année. (Source)

Google Home Mini

Google Home Mini

Amazon Echo Dot

Amazon Echo Dot

Le reste du marché et des parts de marché de ce secteur est essentiellement issu du marché chinois. En effet, ce sont deux entreprises d’origine chinoise qui complètent les ventes de ces nouvelles technologies. Il y a l’entreprise Tmall qui appartient au groupe Alibaba qui commercialise le Tmall Genie qui représente 11% du marché pour le troisième trimestre de l’année 2018. Et également l’entreprise chinoise Xiaomi qui vend le Xiaomi Mi Al qui représente un peu moins de 10% du marché. Deux entreprises très peu connues chez nous mais qui sont leaders sur ce secteur d’activité en Chine loin devant Google et Amazon.

Et Apple ?

Vous vous posez sûrement la question mais où en est Apple dans ce marché. Et bien loin derrière, l’entreprise a pourtant bien son enceinte le Apple HomePad. Toutefois elle s’apparente plus à une enceinte connectée pour mettre de la musique d’ambiance qu’a un véritable assistant comme ceux de Google et Amazon. D’ailleurs de nombreux tests ont été effectués pour comparer ces trois marques d’assistants vocaux.

L’outil de Google est selon plusieurs testeurs, l’assistant le plus complet et le plus performant pour répondre à toutes nos demandes puis vient Amazon et loin derrière Apple. On peut être étonné de cette position car le premier assistant virtuel numérique installé sur un smartphone était Siri en 2011. Une entreprise dont Apple avait fait l’acquisition un an auparavant.

HomePod-Apple

HomePod de chez Apple

Quelles sont les réels capacités de ces nouveaux outils


Ces nouveaux assistants semblent avoir deux grandes fonctionnalités. La première peut être un peu trop utopique permettrait de contrôler entièrement votre maison par commande vocale. Dans l’idée où l’ensemble des équipements de votre maison serait relié et pourraient communiquer ensemble (Electroménager, chauffage, éclairage …).  Même si cela est aujourd’hui faisable et réalisable, cela demande de s’équiper entièrement d’appareils qui peuvent être modulés et contrôlés via un assistant personnel intelligent.

On pourrait alors éteindre la télévision de son salon depuis sa chambre, ouvrir ou fermer son portail uniquement en passant par l’un de ces assistants. Preuve supplémentaire de cette volonté de tout contrôler par la parole, Amazon a récemment développé et mis en vente un micro-onde équipé de sa technologie Alexa en vente sur le marché.

La deuxième grande fonctionnalité de ces outils est bien plus basique et répond à une suite de tâches que l’on peut dicter et qui sera exécutée par l’assistant de votre choix (Google Home, Amazon Echo, Google Home Mini) On peut établir une petite liste des actions que peuvent actuellement faire ces assistants pour vous :

  • Donner les résultats d’un calcul, d’une mesure, d’une conversion pour la cuisine par exemple
  • Etre votre dictionnaire ou votre traducteur
  • Donner les dernières actualités ou les derniers résultats sportifs
  • Minuteur, réveil, chronomètre
  • Répondre à toutes vos questions quotidiennes
  • Un coté plus divertissant en animant un quiz
  • Planifier un rendez-vous
  • La météo, le trafic routier…
  • Lancer de la musique
  • Faire votre liste de course que vous pouvez retrouver dans votre smartphone
  • Aiguiller pour trouver un restaurant
  • Envoyer des messages vocaux ou textuels
  • Accéder à d’autres services comme celui de la SNCF ou de l’Equipe
  • Mais également éteindre ou allumer vos équipements branchés sur une prise connectée
  • Contrôler la température et le thermostat de votre habitat (là aussi si vous avez des équipements connectés)

Les prix de ces assistants personnels intelligents sous cette nouvelle forme


La question du prix peut également être un autre élément pour différencier les principales marques vendues chez nous. Pour les deux leaders du marché Amazon et Google, on va retrouver des prix similaires avec le même prix pour les versions “mini” avec la Google Home Mini et l’Amazon Echo Dot.

La version grand format de Google reste cependant un peu plus cher que la version d’Amazon, peut-être l’une des raisons qui fait que ce produit se vend mieux que la Google Home classique. Enfin, on retrouve avec un prix nettement supérieur le produit d’Apple, son HomePod au prix de 349€.

Google Home Google Home Mini Amazon Echo Amazon Echo Dot HomePod
149.99€ 59.99€ 99.99€ 59.99€ 349.00€

Le futur de ces technologies


Comme bien souvent avec les technologies des firmes comme Google, Apple et bien d’autres, il nous faut regarder du coté des États-Unis et plus particulière du coté de la Silicon Valley pour connaître le futur de ces technologies. La vallée californienne où les tendances se créent. Parmi les fonctionnalités que ces entreprises ont mises en place de l’autre coté de l’atlantique, on retrouve la possibilité de directement téléphoner avec ces enceintes connectées.

Parmi les tendances qui émergent dans de jeunes start-ups innovantes et des entreprises plus confirmées on va retrouver l’utilisation des assistants personnels dans les voitures. En effet, les voitures électriques ainsi que les voitures autonomes se démocratisent dans la vallée californienne. Preuve de cela, le siège social de l’entreprise Tesla est en Silicon Valley l’un des leaders mondiaux de ces nouvelles voitures.

L’utilisation d’assistants personnels intelligents dans ce type de voiture faciliterait la conduite des utilisateurs ainsi que le confort pour le transport. De nombreuses sociétés travaillent ardemment pour mettre en place et perfectionner ces technologies pour l’automobile. Cela constituerait également une force de vente supplémentaire, un argument de plus pour vendre ces voitures d’un nouveau type.

La France est également sur la brèche, le groupe PSA le constructeur automobile détenant notamment Opel, Citroën et encore Peugeot s’intéresse de près et va vraisemblablement équiper ses prochains modèles d’assistants personnels (horizon 2020). Démontrant une fois de plus le poids de l’intelligence artificielle pour le futur de l’ensemble des technologies.

De plus avec le développement continu et croissant de l’intelligence artificielle nul doute que ces technologies deviendront de plus en plus performantes et réaliseront des tâches bien plus complexes pour nous. Le CES 2019 nous donnera de plus amples indications sur l’évolution probable de ces assistants.

[share_box]

[blog_slider]

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

Depuis de nombreuses années une tendance vers le Bio et le bien-être animal se développent. Face à cela se développe de nouvelles offres pour répondre aux consommateurs. Ces nouvelles propositions seront peut-être nos nouveaux modes de consommation à l’avenir. Nous vous proposons dans cet article quelques exemples d’alternatives alimentaires à la viande que des entreprises, des laboratoires ou encore des restaurants ont pu développer.

La viande In Vitro


Ce que l’on nomme la viande in vitro peut se résumer par le fait de cultiver de la viande en laboratoire. En effet, les cellules dans un environnement suffisamment riche peuvent se multiplier. On utilise alors des boites de Petri et on laisse se cultiver les cellules. Il faut toutefois comprendre que ce mode de production à de nombreuses limites.

Premièrement quand on parlait d’un environnement riche cela nécessite de nombreux autres « ingrédients » pour faire se multiplier les premières cellules. Certains de ces composants proviennent directement des animaux. Donc on s’éloigne du modèle de la production de viande sans avoir besoin des animaux.

Et une autre principale limite à ce mode de production de viande va être le gout. On ne retrouve pas forcément le gout de la viande que l’on mange habituellement avec ce mode de production. Pour s’en rapprocher il faut ajouter de nombreux autres ingrédients.

Enfin dernière limite, le coût que cela représente. Pour rappel l’un des premiers steaks in vitro avait coûté plus de 250 000 euros, une somme astronomique pour un seul steak. Ce procédé est donc possible mais difficilement viable pour les années à venir.

Production de viande in vitro Foodtech

L’entomophagie


Ce terme ne vous dit peut-être rien, mais vous avez surement entendu parler de cette alternative alimentaire. L’entomophagie désigne le fait que des êtres humains mangent des insectes. Dans de nombreuses cultures à travers le monde la consommation d’insecte est ancrée dans le quotidien de ces personnes.

On retrouve notamment cela dans certaines régions en Afrique ou en Asie. Il faut savoir que les insectes sont les animaux les plus présents sur notre terre. La production d’insectes est bien plus économique et plus écologique que la production de viande. Elle est donc beaucoup moins polluante. Aujourd’hui le principal problème de l’entomophagie est la perception que nous avons (Europe et Amérique) de la consommation d’insecte. Il s’agit d’un véritable frein pour le développement de cette alternative alimentaire.

Utiliser les plantes pour faire de la viande


Plusieurs restaurants proposent des burgers avec une viande végétale qui ressemblent trait pour trait à des burgers classiques. Un restaurant que nous avons pu découvrir en Silicon Valley et plus précisément dans la ville de San Francisco lors d’une de nos dernières Learning Expedition propose cette alternative.  C’est une entreprise située à Oakland qui propose à ces restaurants une formule particulière. Cette entreprise se prénomme IMPOSSIBLEFoods. Sa recette secrète, produire des similis de viande avec de nombreux autres ingrédients.

Voici à quoi ressemble l’un de ces burgers :

 

Derrière cette entreprise un véritable petit laboratoire qui étudie le gout, la texture et l’ensemble des autres aspects de la viande pour les retraduire à travers une composition de différentes plantes. Le but de cette entreprise est de reprendre tous les aspects « agréables » de la consommation de viande mais le tout avec uniquement des végétaux.

Derrière cela, on retrouve aussi un acte écologique car comme le rappel l’entreprise sur son site. L’agriculture animale occupe une très grande partie des terres (aussi bien pour la production de la nourriture des bêtes que les terres pour l’élevage). Mais également que cette industrie consomme énormément d’eau douce. On parle par exemple de plus de 15 000 litres d’eau pour produire 1kg de boeuf.

La composition de cette viande :

La composition de cette nouvelle viande végétale n’est pas disponible mais on connait les principaux ingrédients qui ont pour but de remplacer les différents éléments de la viande. Pour ce qui est des protéines, ils vont utiliser les protéines issues de la pomme de terre. Pour la couleur rouge de la viande, ils utilisent les racines de soja ce qu’ils appellent l’hémoglobine de soja en référence au sang de la viande. La graisse de la viande, ils utilisent de la noix et de coco et plus particulièrement de l’huile de noix de coco. D’autres ingrédients comme le konjac et du xanthane sont utilisés pour créer ce burger unique.

Le compte Instagram de l’entreprise :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Have you seen this burger? It answers to the name of MMMMMMMM. ?#impossibleburger

Une publication partagée par Impossible Foods (@impossible_foods) le

La foodtech


Cette alternative alimentaire est surement celle qui va le plus se développer dans les années à venir. Même si le sujet peut paraître lointain pour certain, il faut comprendre qu’il s’agit d’un sujet économique qui se développe de plus en plus et notamment en Silicon Valley, un secteur que l’on nomme la FoodTech. De nombreuses start-ups se lancent dans ce secteur. Elles ont pour vocation la création de l’impossible comme du fromage sans lait ou du poisson sans pêcher (https://finlessfoods.com/).

Longtemps réservé au domaine de la science-fiction ces nouvelles alternatives alimentaires sont perçues comme une nouvelle manière de disrupter le marché comme ont pu le faire d’autres sociétés de la Silicon Valley comme Uber ou Airbnb.

Même si aujourd’hui beaucoup de consommateurs ne sont pas en accord avec ces alternatives, car on peut trouver cela peu appétissant. Ces start-ups innovantes sont persuadées que dans quelques années les mentalités pourront et vont changer pour que ces nouveaux modes de consommation soient acceptés par le plus grand nombre. Preuve des premières avancées, la chaine de fast food White Castle a proposé à ses clients de tester cette Fake Meat (fausse viande) dans l’un des burgers de la carte.

[share_box]

[blog_slider]

Connaissez-vous les boutiques Amazon Go ?

Connaissez-vous les boutiques Amazon Go ?

Amazon Go, une nouvelle expérience de consommation.

Lors de nos dernières sessions de Novembre, nous avons fait découvrir à nos participants une nouveauté en matière de shopping et de boutique. Il s’agit des boutiques Amazon Go.

Amazon Go, un nouveau type de magasin.

Depuis le début d’année la firme américaine lance un nouveau type de magasin où il n’y a plus de caisses. La première boutique Amazon Go a été inaugurée en janvier 2018 dans la ville de Seattle. Pourquoi Seattle ? Car il s’agit de la ville du siège social mondial d’Amazon.com Inc. L’entreprise connait une très forte croissance depuis plusieurs années et cette année dans le classement Interbrand, elle connait la plus forte croissance (de sa valeur) de l’ensemble du top 100 (+56%).

La marque a donc décidé d’accroître encore plus sa force de vente en développant de nouvelles boutiques innovantes, les boutiques Amazon Go. Le principe de ces magasins est simple. Vous rentrez dans le magasin, vous prenez ce dont vous avez envie et vous repartez. Le tout sans avoir besoin de passer par une caisse, d’attendre dans une file d’attente ou de sortir sa carte bleue.

En effet, dans les boutiques Amazon Go vous entrez en flashant un code et un système de caméra et d’intelligence artificielle (Machine Learning) détecte les produits que vous avez pu choisir et ils sont directement ajoutés et payés via votre compte Amazon. « Just walk out shopping ».

Le fonctionnement des boutiques Amazon Go.

Rentrons un peu plus en détail sur le fonctionnement de ces nouvelles boutiques.

Avant de vous rendre dans l’une des boutiques Amazon Go, vous devez disposer de deux choses :

  • Un smartphone avec l’application Amazon Go
  • Un compte Amazon

L’application Amazon Go est disponible aussi bien sur le Google Play que sur l’App Store mais également sur l’Amazon Appstore. En vous rendant dans l’une des boutiques vous aurez alors à flasher votre code de l’application Amazon Go sur une des bornes à l’entrée. Vous pourrez ensuite choisir les produits que vous voulez.

L'application amazon go, flasher l'application pour rentrer dans la boutique

Une fois arrivé dans la boutique, vous pouvez prendre l’ensemble des articles que vous désirez. Un ensemble de caméras au plafond permet de vous suivre et de détecter automatiquement ce que vous prenez pour l’ajouter à votre compte Amazon Go.

Le système est assez intelligent pour savoir précisément quels articles vous avez pu sélectionner et la quantité d’articles que vous avez pu prendre. Si jamais vous voulez retourner sur l’une de vos sélections, pas de problème il suffit de reposer le produit où il était. Le système s’occupe là aussi par détection d’automatiquement retirer le produit que vous avez pu choisir par erreur.

Dans les boutiques Amazon Go vous pouvez poser et remettre les produits, le tout est automatiquement repéré par les caméras.

Encore mieux ! Si vous souhaitez faire les courses avec l’un de vos amis ou votre enfant, il suffit de passer deux fois votre code de l’application sur la borne avant d’entrée dans le magasin. Le système d’Amazon Go se charge d’analyser les sélections des deux personnes dans la boutique pour l’ajouter sur le même compte. Attention toutefois à ne pas prendre un produit et le donner à un autre client car il sera facturé à votre nom et non pas au sien.

Amazon Go vous pouvez rentrer à plusieurs et payer sur un seul compte amazon

Quand vous avez fait l’ensemble de vos choix et rempli votre panier, vous avez juste à sortir de la boutique avec vos produits. Il n’y a pas d’enregistrement, pas de file d’attente et pas de caisse dans les magasins Amazon Go. Quelques minutes après votre sortie du magasin, vous recevez une notification sur l’application Amazon Go vous récapitulant vos achats ainsi que le montant qui sera déduit de votre compte Amazon.Amazon Go vous pouvez sortir sans payer

Pour illustrer, un peu plus concrètement le principe voici une vidéo d’Abdel Tamrane (Directeur associé de 1789.fr), l’un de nos participants lors d’une de nos sessions de novembre en Silicon Valley :

 

Un développement croissant de ces boutiques

Il s’agit surement de l’une des boutiques et l’un des concepts les plus avancés technologiquement en matière de shopping et de commerce.  Aujourd’hui, les boutiques Amazon Go sont uniquement aux États-Unis dans trois grandes villes. Seattle bien sur, ou il y a déjà trois magasins disponibles. La ville de Chicago dans l’état de L’Illinois, où il y a actuellement trois boutiques aussi et une autre ouverture est prévue pour l’année 2019.

Et enfin à San Francisco en Silicon Valley, celle que nous avons fait découvrir à nos participants de nos deux sessions de Novembre. Amazon prévoit d’ailleurs d’ouvrir, pour 2019, une autre boutique Amazon Go à San Francisco. Au total,  7 boutiques aux Etats-Unis  permettent de vivre cette nouvelle forme innovante et inédite de shopping.

L’intérieur des boutiques Amazon Go.

Pour ce qui est des produits en vente dans les boutiques Amazon Go, il s’agit presque uniquement de produits alimentaires. Ce type de store est essentiellement destiné pour prendre des repas rapidement en extérieur. Les produits sont alors assez limités, on va retrouver des plats préparés, du pain, des snacks, du lait, du fromage et d’autres produits locaux.

Vous pouvez retrouver les produits disponibles en vous rendant sur l’application Amazon Go. Ces boutiques sont très pratiques pour les pauses déjeuners ou pour le petit déjeuner.

La boutique n’est pas pour autant sans employé. Malgré le fait qu’il n’y ai pas de caisses et donc pas de caissières, ces boutiques ont des collaborateurs pour aider les clients en cas de besoin mais également pour leur expliquer comment la boutique fonctionne pour les nouveaux clients.

Comme évoqué un peu plus tôt les boutiques proposent des plats préparés. Il s’agit d’une équipe de cuisiniers qui préparent ces plats en back office pour les mettre à la disposition des clients Amazon Go. Des boutiques innovantes comme beaucoup d’autres en Silicon Valley à découvrir en notre compagnie lors d’une de nos sessions dans la vallée californienne.

Si vous souhaitez découvrir et tester ces magasins du futur, vous pouvez partir avec nous en Learning Expedition pour la Silicon Valley. Pour plus de renseignements sur nos voyages professionnels vous pouvez consulter notre site ou directement nous contacter ici.

[share_box]

[blog_slider]

 

 

 

Bitcoin, Blockchain, cryptomonnaie … Un peu de vulgarisation.

Bitcoin, Blockchain, cryptomonnaie … Un peu de vulgarisation.

Bitcoin, Blockchain, cryptomonnaie … Un peu de vulgarisation.

Vous avez certainement entendu parler du Bitcoin, cette cryptomonnaie qui a connu une soudaine augmentation de sa valeur en début d’année. Mais connaissez-vous vraiment son fonctionnement ? Nous allons tenter de faire un peu de vulgarisation sur ce qu’est le Bitcoin.

La cryptomonnaie

Avant de revenir plus en détail sur le bitcoin regardons en premier lieu ce qu’est une cryptomonnaie.

Le Bitcoin est une cryptomonnaie comme beaucoup d’autres cryptomonnaies. Vous avez peut-être entendu parler de l’Ethereum, Ripple ou du Litecoin. De la même manière, on retrouve plusieurs monnaies « classique », avec l’euro, le dollar ou le rouble.

Une cryptomonnaie va être une monnaie utilisable sur un réseau informatique (internet) en peer to peer (pair to pair). Chaque client est alors lui-même un serveur. Les cryptomonnaies sont souvent définit comme des monnaies électroniques même si le terme n’est pas exact. Mais il faut toutefois bien posséder un terminal électronique (téléphone, ordinateur, tablette …) pour effectuer des transactions avec cette monnaie.

Les cryptomonnaies sont également souvent nommées comme des monnaies alternatives car elles ne sont pas régulées par des banques, des banques centrales ou des états comme peuvent l’être l’euro ou le dollar. Ces monnaies n’ont donc pas, dans aucun pays, de cours légal. Pour résumer en une phrase, une cryptomonnaie est un moyen de paiement, 100% en ligne.

Comme nous l’avons vu le Bitcoin est une cryptomonnaie. Il a été créé en 2008 par Satoshi Nakamoto. Satoshi Nakamoto est un pseudonyme, encore aujourd’hui personne ne sait qui se cache derrière ce pseudonyme. Cela peut-être une personne physique ou un groupement de personnes, difficile de connaitre la vérité. Et oui, le Bitcoin fête ces 10 ans cette année. Aujourd’hui plus de 17 000 000 millions de bitcoin sont en circulation et sa valeur actuelle approche les 5 500€ par bitcoin.

La Blockchain

graphique de la valeur du bitcoinLe bitcoin repose sur la technologie de la Blockchain. Dans notre monde actuel, avec l’euro par exemple, pour transférer de l’argent nous avons besoin de ce que l’on peut nommer un tiers de confiance. Ce tiers de confiance est généralement représenté par une banque. Le bitcoin et la blockchain ont donc été inventés pour s’affranchir de ce tiers de confiance.

La blockchain va être en quelque sorte un grand livre constitué de blocs et dans chacun de ces blocs sont enregistré et noté plusieurs centaines de transactions qui ont été réalisées en Bitcoin. Ces écritures dans ces blocs sont indélébiles ainsi aujourd’hui personne ne peut modifier ces écritures. Ce grand livre est consultable par tout le monde de manière libre. Toutefois, on ne retrouve pas l’identité des deux parties qui ont effectué la transaction. Chacun de ses blocs vont s’ajouter un à un pour former ce que l’on nomme la blockchain.

Maintenant que vous connaissez le fonctionnement de la blockchain, vous vous demandez peut-être qui est en charge de l’écriture des transactions dans les blocs de la blockchain. C’est alors ce que l’on appelle le minage et les mineurs de bitcoin. Ainsi des entreprises (dans des fermes de minages) ou des particuliers mettent à disposition leurs équipements informatiques pour réaliser les transactions, les écrire dans les blocs et les vérifier. Et ces personnes sont rémunérées pour leur puissance de calcul avec une petite somme en Bitcoin.

Les avantages et inconvénients du Bitcoin

Le bitcoin présente des avantages comme des inconvénients.

Au niveau des avantages :

  • Toutes les transactions sont publiques;
  • Une monnaie très résistante à la contrefaçon;
  • Pas de limite de transfert;
  • Disponible 24h/24 et 7j/7;
  • Augmente l’accessibilité au marché des pays en voie de développement.

En ce qui concerne les inconvénients :

  • Une monnaie peu connue du grand public, souvent de nom mais moins sont fonctionnement et son utilisation;
  • Peu d’espace, de commerce, de lieu ou l’on peut payer en Bitcoin;
  • Une valeur qui peut vite changer (comme on l’a vu en début d’année).

Enfin, il y a des caractéristiques qui peuvent, selon les personnes, être un avantage ou un inconvénient :

  • Le bitcoin ne dépend pas de banques centrales;
  • Pas de contrôle gouvernemental;
  • Pas de tiers de confiance.

[blog_slider]

La “beauty tech” entre beauté et technologie en Silicon Valley.

La “beauty tech” entre beauté et technologie en Silicon Valley.

La “beauty tech” entre beauté et technologie en Silicon Valley.

Le secteur des cosmétiques et de la beauté en général est en pleine croissance depuis de nombreuses années. Pas étonnant que les entreprises de la tech s’intéressent de plus en plus à la beauté et comment donner une nouvelle expérience aux consommateurs avec le digital et l’IA.

Beauty tech en silicon valley technologie et beauté

Quelques données sur le secteur de la beauté.

Selon les chiffres de l’Insee en 2015 en France, les ménages ont consacré 7,3% de leur budget à leur apparence physique, soit environ 3 000 euros par ménage. L’apparence physique regroupe, toujours selon l’Insee, aussi bien les vêtements, les chaussures, les soins et biens personnels et les effets personnels (bijoux, montre, sacs …). Aujourd’hui, 32,2% du budget de l’apparence physique est consacré pour les soins et biens personnels. Ce chiffre n’était que de 8.8% en 1960, montrant ainsi un réel intérêt pour les soins du corps de la population.

Les technologies de l’industrie des cosmétiques généreraient plus de 440 milliards de dollars soit plus de 386 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. (source Le Monde). Si on ajoute à cela la progression chaque année du e-commerce, il parait évidant que ce secteur est source de richesse et également en demande d’innovation. Un domaine où la Silicon Valley est experte.

Parmi les sources de création et d’innovation dans ce que l’on nomme la beauty tech, on va avoir entre autres les concepts store et le CES de Las Vegas.

Premièrement, les concepts stores et la beauty tech

Pour ce qui est des concepts store nous allons en présenter deux qui seront peut-être nos boutiques de demain. Deux de la ville sur la baie, San Francisco.


Sephora à San Francisco :

L’enseigne Sephora dispose d’un concept store en plein cœur de la ville de San Francisco. Elle y test de nouveaux équipements « high-tech » pour la vente et le conseil pour sa clientèle. Le concept store de la marque est un toujours précurseur pour son marché mondial. Il y a déjà plus d’un an, elle présentait ce qu’elle appelle le Beauty hub, un espace pour la technologie et l’innovation dans la cosmétique. En début d’année un beauty hub à d’ailleurs ouvert à Paris.

Logo de l'entreprise SEPHORA

Dans le concept store de San Francisco, on retrouve par exemple le color IQ. Ce color IQ permet de faire un scan de la couleur de votre peau et de vos lèvres pour connaitre sa couleur pantone. Dans le but de savoir quelles couleurs pour votre maquillage vous correspond le mieux et est le plus adapté à votre couleur de peau.

On retrouve également le Fragrance IQ. Il s’agit d’un questionnaire sur votre personnalité pour connaitre vos préférences et définir le parfum qui la aussi est sensé vous correspondre le mieux. À la fin du questionnaire, la borne soumet une odeur et affiche la marque du parfum que vous pourrez ensuite acheter directement dans la boutique Sephora.

Une dernière technologie également présente dans la boutique, le beauty workshop. Il s’agit ici d’espaces au sein de la boutique où face à un écran miroir on peut apprendre à se maquiller. Des conseils d’influenceuses et youtubeuses apparaissent sur l’être pour vous aider et conseiller. Voilà quelques-unes des innovations des boutiques Sephora à San Francisco.


Rebecca Minkoff à San Francisco :

Les soins, cosmétiques et parfums ne sont pas les seuls à bénéficier des technologies, la mode aussi. Prenons l’exemple des boutiques Rebecca Minkoff, toujours à San Francisco. Rebecca Minkoff et son frère Uri Minkoff ont eu l’idée d’installer de la « technologie » dans leurs boutiques pour jumeler l’expérience en ligne avec l’expérience en magasin.

Notamment par le biais d’une application, on peut sélectionner les vêtements en magasin sans les acheter en les rentrants facilement sur l’application et donc sur son compte. Pour les acheter plus tard en ligne ou en retournant directement en boutique avec toutes les informations sur son compte. La boutique propose aussi de nombreuses tablettes ainsi que de miroirs tactiles connectés. Ils vont permettre de regarder les vêtements ou d’appeler une vendeuse pour conseil.

 

Deuxièmement, le CES et la beauty tech

Le CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas est aussi un bon indicateur des possibles futurs tendances en ce qui concerne la beauty tech, voici quelques innovations vues au CES :

HiMirror un des premiers Smart Beauty Mirrors, analyse la peau, recommande des produits et des routines pour prévenir et soigner des problèmes de peau. Un miroir que vous pourrez avoir chez vous et non plus besoin d’aller en institut ou chez votre médecin.

L’entreprise française CareOS propose également un miroir du même type et était présente au CES 2018.

Des brosses à cheveux qui permettre de transmettre à une application une analyse de vos cheveux et propose la meilleure façon de vous peigner et des produits également.

Un adapteur pour Iphone qui permet d’analyser sa peau. Foreo un petit appareil qui permet d’appliquer des masques de beauté sans l’inconvénient d’attendre 15 à 20 minutes pour un effet sur la peau, 90 secondes suffiraient.

Il n’y a pas que les start-ups qui s’intéresse et développe dans la beauty tech. L’Oreal est un acteur majeur (45ème mondial au classement InterBrand). Ils auraient d’ailleurs commencé un partenariat avec Facebook pour proposer des essais virtuels de maquillage de la même manière que des filtres dynamiques sur snapchat ou instagram mais dédié au maquillage. L’Oreal a racheté cette année la société ModiFace spécialiste de la réalité augmentée pour la beauté. L’entreprise proposera également des patch UV connectés, UV Sense pour connaitre son taux d’exposition aux UV pour éviter des mélanomes.


En savoir plus

Le marché de la beauty tech est en pleine croissance et nombreuses sont les entreprises à miser sur ce secteur pour leur avenir. D’autant plus que les technologies liées à l’intelligence artificielle se développe très vite. Si vous aussi, vous désirez connaitre les innovations de demain dans de nombreux secteurs Silicon-Valley.fr vous propose de découvrir le CES 2019 début Janvier. Pour plus d’informations :


[share_box]
[blog_slider]

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !