San Francisco, paradis de la slow food ?

Posté le 9 Août, 2014

En bons français, nous avons tendance à nous poser cette question existentielle dès lors que nous posons le pied en terre étrangère : quelle est la spécialité locale ? Allons-nous bien manger ?

Généralement, les Etats-Unis font peur. Moins peur que l’Angleterre, certes, mais peur quand même. Les clichés relatifs à de sordides hamburgers, le spectre d’un Mac and Cheese dégoulinant, la terreur d’oeufs liquides en tubes attisent fantasmes et angoisses. Chers compatriotes, rassurez-vous : à San Francisco, vous mangerez bien, et même très bien.

L’une des forces de la ville réside dans son multiculturalisme. A chaque quartier sa gastronomie : Northbeach a des accents italiens, Chinatown et Japantown vous feront voyager en Asie, et à Mission vous goûterez la street-food mexicaine largement méconnue dans l’Hexagone.

Variée, la cuisine san franciscaine est également saine. Aux antipodes du cliché du fast-food, c’est bien la mouvance “slow food” qui domine à Frisco. Au menu : mouvement locavore et label “organic” à tous les coins de rue. Aux côtés des supermarchés démesurés, des marchés à taille humaine  (les “farmers market” comme celui du Ferry Building), rencontrent un franc succès.

Le restaurant “Chez Panisse” – ouvert par Alice Waters à Berkeley en 1971 suite à un voyage en France- constitue l’un des fleurons de cette culture du bien-manger. La philosophie du lieu est simple : ne proposer que des produits de saison, fraîchement livrés par les fermiers des alentours. Au-delà de son restaurant, cette femme de goût mène un combat plus global contre la malbouffe en prônant l’apprentissage de bonnes habitudes alimentaires dès le plus jeune âge. Elle a ainsi oeuvré pour la création de jardins potagers dans les écoles publiques américaines.

Une ville aussi loufoque que San Francisco ne pouvait cependant faire dans la demi-mesure : le régime paléolithique (le “paléo” pour les initiés) en est une illustration claire. Le nom parle de lui-même : il s’agit de revenir aux pratiques alimentaires de nos ancêtres, j’ai nommé les chasseurs-cueilleurs. Deux types d’aliments sont bannis dans le cadre de cette diète : les produits laitiers (d’origine animale) et les céréales.

C’est un roman qu’il faudrait écrire pour rendre compte de tous les aspects culinaires de la ville aux sept collines, sans compter que toute bonne ripaille s’accompagne de doux nectars…et là-aussi, la richesse de la région vous comblera, qu’il s’agisse de mixologie ou de viticulture

Écrit par Laure-Anne Warlin

Articles récents

CES 2020 de Las Vegas, que nous réservent les géants de la Tech ?

CES 2020 de Las Vegas, que nous réservent les géants de la Tech ?

©CES C’est l’événement incontournable consacré à l’innovation de ce début d’année 2020. Du 7 au 10 janvier, le CES de Las Vegas accueillera tous les grands noms de la tech pour présenter leurs nouveautés. Devenu incontournable, le Consumer Electronics Show c’est plus...

Les nouveaux assistants personnels intelligents

Les nouveaux assistants personnels intelligents

Les nouveaux assistants personnels intelligents Majoritairement présents dans nos smartphones il y a quelques années, on les retrouve désormais sous de nombreuses formes dans de nombreux objets connectés. Nous parlons aujourd'hui des assistants personnels intelligents...

New York, la nouvelle Silicon Valley ?

New York, la nouvelle Silicon Valley ?

New York, la nouvelle Silicon Valley ? Cette ville des États-Unis est connue sous le nom de New York ou Big Apple mais depuis plusieurs années, elle a acquis un nouveau surnom la Silicon Alley. Bien évidemment ce nom en évoque un notre plus célèbre, celui de la...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !