San Jose university, plus vieille institution publique de la côte ouest

San Jose university, plus vieille institution publique de la côte ouest

Au cœur de la Silicon Valley et fondée en 1857, l’université de San José est considérée comme la plus vieille institution publique d’éducation supérieure de la côte ouest. La faculté compte de nombreux faits marquants tout au long de son histoire. C’est ainsi qu’en octobre 1968, deux de ses étudiants, Tommie Smith et John Carlos, ont manifesté lors de la cérémonie des médailles aux Jeux Olympiques de Mexico en levant leur poing en salut du Black Power.

Un campus multiculturel

L’université de San Jose dispose d’un campus métropolitain de 55 bâtiments répartis sur 62 hectares. La King Bibliothèque qui a ouvert ses portes en août 2003 représente la première collaboration entre une université et une grande ville américaine. Le centre aquatique du campus est un des seuls à compter une piscine extérieur de taille olympique. Proposant de nombreuses activités, l’Event Center Arena peut accueillir 5 000 personnes pour des événements sportifs et plus de 6 500 pour les concerts. Etablissement autonome de 4 étages, le SJSU Union Students propose des salles de restauration, une librairie, des salles de bal, un bowling, des salles de musiques ou de jeux.

L’université de San Jose en chiffres

L’université de San Jose compte environ 31 000 étudiants dont 8% d’internationaux en voyage d’étude venant de plus de 100 pays différents. Chaque année, plus de 27 000 candidatures de première année sont reçues et un peu plus de 17 000 sont admis. L’école, classée dans le top 15 des universités publiques de niveau master de l’Ouest, a un taux d’obtention de diplôme de trois ans de plus de 69%. Pour une année académique, il faut prévoir des frais de scolarité d’environ 24 000$ pour un étudiant de premier cycle à temps plein. Les étudiants peuvent toutefois bénéficier d’aides de l’université ou de l’état. La vie étudiante du campus est très présente et on compte 42 fraternités et sororités.

Les écoles de l’université de San Jose

L’université de San Jose souhaite enrichir la vie de ses étudiants en passant par la transmission de son savoir et de ses compétences pour qu’ils puissent les mettre au service de la société. La faculté compte 8 écoles proposant plus de 100 bachelors.

L’école des sciences appliquées et d’arts a pour mission de fournir une éducation libérale et professionnelle à ses étudiants et de les autonomiser pour être des membres exemplaires d’une société diversifiée et mondiale.

L’école de commerce représente 18% du corps étudiant global de l’université. C’est l’institutrice des opportunités dans la Silicon Valley  et elle éduque les futurs dirigeants par un apprentissage expérientiel et le développement du caractère pour qu’ils s’adaptent à une communauté mondiale.

L’éducation prépare les futurs éducateurs qui amélioreront la qualité de l’éducation de tous les élèves et la diversité culturelle mondiale en respectant des valeurs telles que le respect de la diversité ou encore la promotion de l’équité.

L’ingénierie a pour vocation de former de nouveaux ingénieurs pour le nouveau siècle et ses évolutions techniques. L’école veut améliorer le monde par l’application innovante de connaissances. Cette école est classée deuxième nationale dans les meilleurs programmes d’ingénierie.

Les sciences humaines et d’arts souhaitent inculquer aux étudiants une compréhension de l’existence humaine à la fois tolérante et morale à travers la littérature, les arts du spectacle, la philosophie ou encore la théologie.

Les études internationales et étendues offrent un accès direct à la Silicon Valley. Les étudiants acquièrent une véritable culture de l’innovation.

L’école des sciences encourage la recherche et l’érudition dans des domaines tels que la chimie, la géologie, les mathématiques ou encore la météorologie.

Les sciences sociales vont éduquer les élèves dans le comportement humaine, ses cultures passées et présentes, ses contextes nationaux et internationaux.

Pour finir, l’université de San Jose peut se vanter d’être le seul campus du système CSU (California State University) avec des programmes de premier cycle et de cycle supérieur en science nucléaire.

L’université organise chaque année, pendant le semestre d’automne, une série d’événements où les étudiants regardent des films au campus MovieFest Finale, montrent la fierté de l’école au « Fire on the Fountain » et disputent un match de football au Spartan Stadium. L’établissement a d’ailleurs été vedette du film mondialement connu « Flubber ».

Démarrer ses études au De Anza College

Démarrer ses études au De Anza College

Le De Anza College propose des programmes de transition de deux ans pour préparer ses étudiants à intégrer de grandes universités, mais aussi des programmes de formation professionnelle. Fondé en 1967, il a été nommé d’après l’explorateur espagnol Juan Bautista De Anza. Ses valeurs se retrouvent derrière chaque actions et programmes proposés par le collège.

De Anza college sur un campus historique

Situé à Cupertino dans la Silicon Valley, le campus s’étend sur 453 000m². On compte 61 bâtiments répartis sur les 112 hectares avec environ 116 salles de classe, de nombreuses salles de conférence et 42 laboratoires d’accréditation. Le college bénéficie d’un centre sportif très développé avec son complexe aquatique olympique et ses 5 000 places dans l’arène extérieure.

Construit en 1892 pour Charles Baldwin et sa femme, « le petit trianon » abrite désormais le California history center ouvert à tous et ayant pour mission de faire découvrir l’histoire de la Californie. Afin de stimuler la créativité et l’intérêt pour l’art de toute personne, le Musée Euphrate de l’art est lui aussi ouvert au public.  Le Kirsch Center, bâtiment écologique, abrite des classes dédiées à l’environnement et au développement durable.

Les chiffres du De Anza College

Le De Anza College est toujours classé premier ou second dans l’état en ce qui concerne le nombre total d’étudiants transférés chaque année sur les campus de l’Université de Californie et de la California State University. Ayant une grande ouverture vers l’international, elle accueille régulièrement des étudiants étrangers venant de plus de 50 pays. On compte environ 20 000 étudiants sur le campus répartis par classes de 35. Les frais de scolarité annuels du college s’élèvent à 2 075$ en comptant l’inscription, les livres, le paiement du parking, les frais de matériel didactique, la redevance d’utilisation du campus center et la taxe de services de santé.

Réussir dans les programmes du collège

Le De Anza College compte 12 départements.

Les services universitaires regroupent les honneurs, l’institut d’engagement communautaire et civique et l’apprentissage dans les collectivités (LinC).

Le département biologique, santé et sciences de l’environnement inclut des classes de biologie, d’études environnementales, de technologies de la santé, de technicien de laboratoire médical en soin infirmiers.

Le commerce, les sciences de l’informatique et les technologies appliquées rassemblent la comptabilité, la technique automobile, la conception assistée par ordinateur et l’imagerie numérique, les applications informatiques et bureautiques ou encore l’immobilier.

Un département de conseil ainsi qu’un autre concernant les arts créatifs incluant la danse, le théâtre, le cinéma, la musique ou la photographie.

Parmi les autres départements, on trouve le département des programmes et services de soutien aux personnes handicapées, celui des études interculturelles et internationales, de l’art du langage, des ressources éducatives, de l’éducation physique et l’athlétisme, des sciences physiques, mathématique et ingénierie et pour finir, le département des sciences sociales et humaines.

L’intégrité, l’innovation, l’équité, le développement de la capacité humaine de tous, l’inculcation des compétences institutionnelles de bas et l’engagement civique pour la justice sociale sont ses fils conducteurs du collège De Anza. Certaines grandes figures américaines ont étudié dans ce collège telles que l’actrice Tery Hatcher ou encore Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple Computer.

Du rêve à la réalité : étudier à Stanford

Du rêve à la réalité : étudier à Stanford

L’université Stanford, ou Leland Stanford Junior University, est l’un des plus importants établissements d’enseignement et de recherche au monde. Elle se situe en plein de cœur la Silicon Valley et participe activement à la formation des futurs entrepreneurs de la région. Fondée à la fin du 19ème siècle par Leland et Jane Stanford, l’université a ouvert ses portes le 1er octobre 1891 à 559 étudiants devenant ainsi un des premiers établissements mixtes. Le campus est localisé sur le terrain de l’ancienne ferme des fondateurs, la « Palo Alto Stock Farm » d’où le surnom donné à l’université : « The Farm ».

Stanford, un immense campus de 32km² dans la péninsule de San Francisco

Les deux principaux monuments de la faculté sont la Stanford Memorial Church et la Hoover Tower.

Le Stanford University Arboretum et le Stanford Mausoleum sont les deux parcs se trouvant sur le campus. Dans l’arboretum ouvert au public, on peut trouver plus de 350 espèces de plantes. C’est dans le Stanford Mausoleum que repose la famille éponyme.

L’université Stanford a vu défiler de nombreux étudiants dont certains sont désormais mondialement connus et sont rentrés dans l’histoire. Ainsi, William Hewlett et David Packard ont étudié à l’université avant de créer leur entreprise : Hewlett-Packard. Les fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page, ont aussi fait partie des élèves de l’établissement, de même que Tiger Wood le champion de golf.

entrée de l'université de Stanford

L’université Stanford en quelques chiffres

Plus de 30 000 étudiants postulent chaque année pour faire partie d’un programme de l’université Stanford. Cependant, l’établissement est sélectif et seulement 7% seront admis. Le campus accueille environ 20 000 étudiants à l’année avec une moyenne de 10% d’étrangers.

Parmi ses anciens élèves, l’université peut s’enorgueillir de plus de 50 prix Nobel dont 22 lauréats actuellement membres de la communauté, ainsi qu’une dizaine de prix Pulitzer sans compter les nombreux créateurs d’entreprises désormais d’envergure mondiale et les célébrités.

Stanford est une université dont les frais de scolarité sont très élevés lorsqu’on ne bénéficie pas d’aides ou de bourse : entre 30 000 et 40 000$ par an. Stanford distribue une bourse aux étudiants qui ont la chance d’être classé dans les premiers sur l’ensemble des dossiers reçus. Les étudiants ont la possibilité de financer leurs études sur place en travaillant en tant que « research assistantship » ou « teaching assistantship ». Travailler sur le campus donne droit à une exonération des frais de scolarité mais empêche de participer à plus de trois cours. La correction de copie permet de gagner de l’argent.

L’université Stanford en sept écoles

L’université de Stanford compte 7 écoles dont la majorité sont classées parmi les meilleures du pays et internationalement.

1- L’école de commerce propose un programme MBA de deux ans avec environ 800 étudiants, un programme MS d’un an avec 81 étudiants et un programme PhD avec une centaine d’étudiants.

2- L’école des sciences de la Terre est ciblée sur les besoins d’une population globale croissante en protégeant la vie à long terme sur la planète en cherchant des moyens de préserver les ressources. Elle compte 60 facultés, 200 étudiants et 400 étudiants de cycle supérieur.

3- L’école d’enseignement et éducation forme environ 400 étudiants de cycle supérieur à devenir la prochaine génération de professeurs.

4- L’école d’ingénieur recense plus de 5 000 cycles supérieurs et étudiants. Elle compte 9 départements et plus de 240 membres de la faculté se répartissant sur plus de 80 laboratoires, centres, instituts et programmes.

5- L’école des sciences humaines est la plus grande école de Stanford avec 75% des diplômes de premier cycle attribués. On compte 2 224 étudiants des cycles supérieurs et 2 225 du premier cycle répartis dans plus de 50 départements.

6- L’école de droit quant à elle ne dénombre pas moins de 70 membres du corps professoral de la faculté.

7- L’école de médecine est la plus vieille école de médecine de l’ouest des Etats-Unis. Plus de 850 professeurs, incluant 6 prix Nobels, sont présents à temps plein. La faculté délivre des soins au Stanford Hôpital et Clinique et au Lucile Packard Children’s Hôpital.

La légende dit…

Une légende urbaine raconte que le couple bâtisseur, très mal vêtu, est allé rencontrer le président de l’université de Harvard pour lui demander de construire un bâtiment sur le campus en l’honneur de leur fils, ancien étudiant de l’établissement, décédé quelques mois plus tôt. Face au refus du président, Leland et Jane Stanford auraient décidé de fonder l’université portant leur nom en revenant vers Palo Alto. La part de vérité dans ce mythe est que Leland Stanford, suite à la mort de son fils, a dit à son épouse que « tous les enfants de Californie sont nos enfants », phrase qui deviendra la devise de l’université.

Nos voyages professionnels proposent une visite de cette université unique au monde -> https://www.silicon-valley.fr/destinations/silicon-valley/

L’université de Santa Clara à une heure de San Francisco

L’université de Santa Clara (SCU) fait partie des plus anciennes institutions d’enseignement supérieur de Californie. Cette établissement privé a été fondé en 1851 par les Jésuites et est gérée en collaboration avec eux depuis cette époque. Elle fait partie d’une des 28 institutions membres de « association of jesuit colleges and universities » et est restée exclusivement masculine pendant 110 ans.

Un campus très hétéroclite

Le campus de 43 hectares de l’université de Santa Clara comporte des monuments chargés d’histoire. Le musée de Saisset a vu le jour suite à la donation, de la part de sa sœur, de toutes les œuvres d’Ernest de Saisset. Il compte une collection d’environ 10 000 pièces et œuvres d’art principalement californiennes et européennes. En face de ce musée se situe le mémorial de Sainte Claire d’Assise. Le jardin est entièrement dédié à cette mystique religieuse, très proche spirituellement de Saint François, adepte de la pauvreté apostolique. Le programme sportif de l’université est très développé et de nombreux athlètes célèbres ont débuté leur carrière sur le campus. Tous très dévoués à l’établissement comme l’indique l’hymne : « fight for Santa Clara ». Le co-fondateur de NVIDIA, Chris Malachowsky, est lui aussi allé à l’université de Santa Clara avant de lancer sa start-up.

Quelques chiffres sur l’université de Santa Clara

Depuis 1851, plus de 81 000 élèves se sont succédés sur le campus de l’université. On les appelle les « santa clarans » ou « broncos » en soutien aux athlètes très reconnus de l’établissement. Chaque année, c’est plus de 8 000 étudiants inscrits qui assistent aux cours proposés dont 7% sont des étudiants internationaux. Pour s’inscrire, il faut compter 55$ de frais de candidature avec un taux d’acceptation d’environ 51%. Les frais de scolarité s’élèvent à plus de 42 000$ par an, sans compter les 12 000$ en moyenne pour le loyer et la nourriture. Une enveloppe supplémentaire de 5 000$ est à prévoir pour l’achat des livres, le transport et les loisirs.

Des étudiants répartis en 6 écoles

L’université de Santa Clara est divisée en 6 écoles qui ont été ouvertes tout au long du développement du campus.

L’ordre des arts et des sciences s’est fixé pour mission d’inculquer aux futurs chefs  des compétences, de la conscience et de la compassion à travers une sensibilisation à l’humanisme, à l’éducation jésuite et aux sciences. L’ordre compte plus de 20 départements et on y recense plus de 3 000 étudiants.

L’école de commerce instruit plus de 2 000 élèves pour leur apprendre à équilibrer les conséquences économiques, sociales et éthiques de leurs décisions.

L’éducation et la psychologie de l’orientation, avec ses 578 diplômés, vise l’excellence académique via un enseignement engagé, un multiculturalisme, une justice sociale et une éducation innovante sur la compassion et la conscience.

L’école d’ingénieur prépare ses 1 700 étudiants à une excellence professionnelle, une citoyenneté responsable et un service à la société.

Afin de découvrir les richesses de la tradition théologique catholique, 178 étudiants ont rejoint l’école jésuite de théologie de l’université de Santa Clara.

Quant aux 858 diplômés de la faculté de droit, ils sont destinés à devenir des avocats de compétence, de conscience et de compassion à travers une éducation les poussant à relever les défis de la profession juridique et de la société dans un monde toujours plus grand.

La légende dit…

Un mythe fait partie intégrante du campus situé dans le bassin de la Silicon Valley. On raconte qu’un soir, des étudiants sont passés par le cimetière de « mission church » et qu’ils ont entendu des gémissements étranges. En passant devant le « O’connor Hall », les portes habituellement verrouillées battaient. Dans les anciens rapports de la « bell tower », les Jésuites auraient été vus prier à cette heure tardive.

La Silicon Valley vue par un étudiant français !

La Silicon Valley vue par un étudiant français !

Si tu souhaites travailler dans l’innovation technologique, vas en Silicon Valley”

Voici ce que j’ai entendu le plus à propos de cette région des Etats Unis. C’est lors d’un voyage d’étude que j’ai pu découvrir l’Etat de Californie et passer une journée en Silicon Valley.

Une journée en Silicon Valley avec Rebellion Lab

Nous avons eu la chance de rencontrer l’équipe de l’agence de communication digitale Rebellion Lab. Le fondateur, Dominique Piotet, est un français qui a su s’imposer sur le marché de l’innovation digitale. Cette rencontre a bouleversé la perception que nous avions sur le monde du travail. Après une demi-journée passée à l’agence, nous avons beaucoup appris sur l’aspect culturel et sociétale de la Silicon Valley.

Bien loin du monde de la finance et des médias de New York, le célèbre costard cravate n’a pas autant de succès qu’à Wall Street. Ici, on s’habille plutôt à la Steve Jobs. Un jean et un simple pull chemise suffit pour travailler. Il semblerait qu’un candidat soit jugé sur son expérience que par son apparence. C’est donc très différent de ce que nous connaissons à Paris.

De nombreuses sociétés possèdent des locaux avant-gardistes avec des bureaux ouverts, de quoi se restaurer, et parfois une salle de jeux. Une entreprise comme Google propose des dispositifs ludiques comme un toboggan géant pour descendre d’un étage, ou encore des vélos en extérieur, pour circuler entre les bâtiments. Une ambiance de travail agréable dans le but d’augmenter la productivité.

 Les plus grands révolutionnaires de l’industrie de la technologie de pointes ont fondé leurs entreprises ici. Apple, Google, Facebook, Twitter, Pinterest, Intel en sont des exemples. Le monde numérique dans lequel nous vivons aujourd’hui a été imaginé sur cette terre d’innovation.

Lieu de rencontres et d’échanges, les relations sont très importantes pour toutes personnes porteuses de projets. Une rencontre peut s’avérer très intéressante car la notion de réseau est très reconnue. D. Piotet a d’ailleurs su se créer un réseau très large ce qui lui a permis d’avancer plus facilement dans sa création de projet. Investisseur, avocat, communicant, entrepreneur, ingénieur, développeur web, expert en marketing sont des profils très présents dans toute la ville.

Un monde idéal pour les ingénieurs technophiles ?

La réponse est certainement oui. 60 000 français y vivent et la région est particulièrement demandeur d’ingénieurs français. Il est donc envisageable de travailler dans un univers qui vous ressemble, de se lever le matin sans difficulté, de s’épanouir dans la vie professionnelle… Cette vie qui parait si proche de la perfection a un coût. La culture du pays fait que la sécurité de l’emploi est inexistante, les loyers, l’assurance médicale sont chers et la Green card (statut de résident) difficile à obtenir. C’est cet état d’esprit qui pousse les américains à être toujours au meilleur d’eux même. Et oui, le risque est grand mais si autant de français ont tenté leur chance… Pourquoi pas moi ?

Teddy Guerrier

Sortie détente – « Un air de famille » à l’Exit Theater de San Francisco

Platypus Théâtre présente
Un air de famille
Une comédie de Agnès Jaoui et  Jean-Pierre Bacri
Exit Theatre– 156 Eddy Street –San Francisco

6, 7, 8, 12, 13, 14, 15 mars à 20 heures
9  mars à 18 heures 30
« Toute ressemblance avec une famille existante ne serait que pure mais troublante coïncidence. »
Molière 1995 de la meilleure pièce comique
Une famille française ordinaire : la mère, deux fils mariés, l’un a réussi, l’autre moins, une fille célibataire qui rue dans les brancards. Tous coexistent “normalement” depuis longtemps dans un fatras de concessions mutuelles, de malentendus, de rancoeurs, de regrets cachés et de non-dits omniprésents.
ll va suffire d’un vendredi soir, car le vendredi soir, on sort en famille, pour faire voler en éclats ce fragile édifice. Personne ne sortira indemne de ce grand chambardement, mais comme souvent, il y aura d’un côté ceux qui ont le courage de se remettre en question et d’évoluer, et de l’autre, les “rigides”, ceux qui refusent tout changement, emprisonnés dans le carcan de leurs certitudes. Le ton est léger, mais le drame est là, sous-jacent.
Yvette Adida    /La mère                         
Valentine Boisnard/Betty                                          
Fabien Ferhani /Henri
Céline Hakoun/Yoyo                         
Thomas Marigné/Philippe                                           
Arnaud Merceron/Denis
Eclairages: Tyler Null, Lucie Broto                                                                              
Décors: Cécile Picard, Claire Thiebault, Drew Howard
Maquillages : Axelle Caudrillier             
Figurants TBA                                                                    
Mise en scène: Pascale Couderc
Photos : Douglas Lubbers

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !