Les jumeaux Winklevoss: De Facebook à Bitcoin

Les jumeaux Winklevoss: De Facebook à Bitcoin

Absolument hyperactifs, fascinés par l’ombre (l’aventure des Bitcoins) et la lumière (les jeux Olympiques de Pékin), Tyler et Cameron Winklevoss sont nés le 21 Aout 1981 près de New York dans un milieu intellectuel : le père –Howard E. Winklevoss – était professeur de science actuarielle (calcul de probabilités appliquées aux assurances vie). Il est l’auteur d’un livre de référence dans le domaine. Leur mère était une psychiatre de renom. Très tôt les jumeaux manifestent un goût pour « le différent » en choisissant d’étudier le latin et le grec ancien. A 19 ans, ils entrent à Harvard, et sont envoyés faire un stage à Oxford (en Angleterre) où ils en profitent pour gagner un « bleu » (la plus haute distinction pour avoir atteint le plus haut niveau de compétition) dans la célèbre course d’aviron entre Oxford et Cambridge.

En 2007 ils gagnent une médaille d’or pour l’aviron en équipe, et finiront en double seconds aux jeux Olympiques de Pékin.

Harvard sera leur premier terrain d’expérimentation. Les deux frères créent (avec leur ami Divya Narendra) la HarvardConnection qui permet aux étudiants de simplement poster des messages, inviter des amis et ajouter des activités à leur profile.

Pendant ce temps un jeune « bizuth », fils d’un dentiste et d’une psychiatre de New-York travaillait sur un projet (qui deviendra Facemash), et choisit d’accélérer les souscriptions en accédant illégalement à la partie « privée » du réseau de l’école pour copier quelques profiles d’étudiants et des photos d’identité disponibles pour chaque dortoir, ce qui lui vaudra d’être poursuivi par l’Université et évitera de justesse le renvoi.

Les frères Winklevoss décident d’embaucher le jeune “geek” pour améliorer la HarvardConnection. Il ne faudra pas longtemps à ce dernier pour réaliser qu’il y a une énorme demande. Il abandonne alors la HarvardConnection (qui devient ConnectU) et décide (sans plus se poser de problème) de garder ses programmes et les nouvelles idées qu’il a glanées. Il développe alors son propre système : The Facebook. Vous l’avez deviné il s’agit du jeune Marc Zuckerberg. La suite fait partie de la légende racontée dans le film « Le Réseau Social ».

Bien sûr les jumeaux sont furieux, et ils attaquent Zuckerberg… et gagnent ! Facebook sera condamné, mais à payer, mais seulement 130 millions de dollars ! Arès avoir tenté de faire appel, les frères Winklevoss décident alors d’arrêter leur procès et d’investir l’argent  en créant en 2012 un fond d’investissement : Winklevoss Capital management qui va se spécialiser dans le « seed funding » c’est-à-dire les sociétés en création au tout début de leur recherche de capital.

Un des premiers investissements de WCM est SumZero (un fond d’investissements), créé par Divya Narendra (oui, le même). D’autres sociétés suivront : Hukkster (« on line shopping ») et Keepy (partage de photos de famille).

En avril 2012, WCM découvre les Bitcoins et achètent 1% de tous les Bitcoins existant à cette date et représentant 11 millions de dollars au début de 2013. L’investissement vaut au moins 5 fois plus maintenant. Mais les Winklevoss ne s’arrêtent pas là. Le 1er Juillet 2013, Ils utilisent une de leurs sociétés (Math-Based Assets Services) pour créer le Winklevoss Bit Coin Fund. Ce fond investira en 2013 1,5 millions de dollars dans la création d’un payeur en Bitcoins : BitInstant. C’est cette société qui vaut aujourd’hui aux jumeaux une nouvelle entrée dans les médias : Au moment où nous écrivons cet article, le CEO (directeur général) Charles Shrem est en état d’arrestation par la police américaine pour complicité avec Robert Faella (lui aussi arrêté) pour collusion et complicité dans divers trafics de drogue via le site BTCKing accusé d’être un site de blanchiment d’argent (ou plutôt de Bitcoins) de la  célèbre « Route de la Soie » (Silk Road).

Pour l’instant l’histoire s’arrête là… mais l’épopée, n‘en doutez pas, continue. A suivre.

Stages dans la Silicon Valley

Stages dans la Silicon Valley

stage google

La Silicon Valley regorge d’opportunités pour les étudiants en quête de missions anglophones en immersion dans l’univers innovant et dépaysant de la région de San Francisco et San José.

Posez vos questions et partagez vos expériences sur le fil de discussion de la communauté.

Découvrez comment trouver un stage et un logement dans la Silicon Valley. Voici quelques pistes pour vous épanouir sereinement dans la  technopole californienne.

 

UN STAGE A SAN FRANCISCO ET DANS LA SILICON VALLEY

Où trouver la bonne offre de stage ?

Votre stage dans la Silicon Valley intégré à un cursus pédagogique

A faire ou ne pas faire pour décrocher un stage dans la Silicon Valley

yahoo stage

TROUVER UN LOGEMENT

Se rapprocher du Consulat de France à San Francisco

Le coût de la vie dans la Silicon Valley

Les quartiers de San Francisco

Microsoft stage

EXPÉRIENCES DE STAGIAIRES

Les aléas de la recherche et les conditions des stages.

Les pièges à éviter en arrivant dans la Silicon Valley.

Les écoles de la Silicon Valley

Les écoles de la Silicon Valley

Le terme « Silicon valley » a été inventé en 1971 et est depuis devenu courant. De nombreuses entreprises de nouvelles et hautes technologies s’y sont regroupées et forment désormais une région industrielle incontournable. La Silicon Valley regroupe non seulement un grand nombre de start-up et de grandes entreprises, mais aussi de nombreuses universités toutes très bien placées aux différents classements nationaux et mondiaux.  Cette réunion d’écoles et d’entreprises confirme que la silicon Valley est un territoire clé. Les innovations, les progrès technologiques et les grandes solutions qui en découlent  font que la région est en constante évolution et qu’elle représente une destination de choix pour qui veut entreprendre et évoluer. Pourquoi faire un voyage d’étude dans la Silicon Valley lorsqu’on est étudiant français ?

La Silicon Valley : le rêve américain des étudiants

Bien que les études dans les universités Californiennes soient parfois très onéreuses, certaines universités publiques telles que l’université de l’Anza ou celle de San Jose ont des frais de scolarité tout à fait abordable. De plus, le gouvernement américain et de nombreuses associations françaises et américaines proposent des aides financières pour les étudiants étrangers venant faire leurs études aux Etats-Unis. De plus en plus d’associations se portent garantes pour vous et vous accompagneront tout au long de votre séjour.

Venir étudier en Californie est le rêve de beaucoup de jeunes et on constate que de nombreux diplômés des universités de la Silicon Valley restent pour travailler dans les entreprises de cette région. Rares sont les personnes motivés et compétentes qui ne trouvent pas de travail dans la zone privilégiée des entreprises de haute technologie. Les jeunes diplômés sont généralement recrutés avant la fin de leurs études et sont très prisés pour leurs idées originales, leur vision nouvelle et leurs talents qui auront été affutés tout au long de leurs études.

Pour beaucoup, venir faire ses études dans une université de la Silicon Valley est un passage obligatoire pour devenir un vrai entrepreneur et se dépasser. Dans les universités les plus importantes et les plus reconnues de la Silicon Valley  et même des Etats-Unis, on retrouve l’université de Stanford, l’université de Berkeley, celle de Santa Clara ou encore l’université de San José.

 

STANFORD UNIVERSITY

universite-stanford-logo     campus standford university

L’université de Stanford est l’une des meilleures universités du monde. Située près de Palo Alto, elle propose un cadre idéal pour développer son projet professionnel et ses capacités. De nombreux étudiants viennent chaque année pour y étudier.

 

BERKELEY ET SANTA CLARA UNIVERSITY

SCU Seal CMYK OL     campus-santa-clara-university

A côté de San Francisco, l’université de Californie de Berkeley est le premier campus de la région. De nombreux prix ont été remportés par ses anciens étudiants et les nouveaux sont tout aussi prometteurs. L’Université privée de Santa Clara est elle aussi prisée par les étudiants du monde entier.

 

LES UNIVERSITÉS PUBLIQUES

Les universités publiques de la Silicon Valley sont très attractives grâce à leur histoire et leurs objectifs pour les étudiants. L’université d’Etat de San José, l’université De Anza et l’université d’Etat polytechnique de Californie sont des anciennes institutions attirant toujours plus de jeunes avec leurs campus exceptionnel et leurs cursus réputés. 

 

SAN JOSÉ STATE UNIVERSITY

San_Jose_State_University_214791     san-josé-university-campus-tower-hall

L’Université d’Etat de San José (SJSU) est une université publique située à San José au sud de San Fransisco et Palo Alto. Reconnue pour les illustres performances de ses athlètes, cette prestigieuse école fait partie des meilleures universités de la Silicon Valley. Découvrez plus d’informations à propos de San José State University.

 

DE ANZA COLLEGE

De-Anza-College-Divests     campus-deanzacollege

Reprenant le nom du célèbre explorateur espagnol Juan Bautista de Anza, le collège De Anza se situe à Cupertino en Californie. Cette école renommée a été créée en 1967 et a notamment eu pour étudiant Steve Wozniak le co-fondateur d’Apple Computer. Apprenez-en plus à propos de De Anza Collège.

 

NORTHWESTERN POLYTECHNIC UNIVERSITY

Northwestern_Polytechnic_University_logo     npu campus

L’Université Polytechnique de Northwestern est située à Fremont en Californie au Nord Est de la Silicon Valley. Cette prestigieuse université est spécialisée dans les domaines scientifique, technologiques et dans le management. Découvrez plus d’informations à propos de la Northwestern Polytechnic University.

 

Les choses bougent dans l’internet des objets : Nest racheté par Google pour 3,2 milliards de dollars

Les choses bougent dans l’internet des objets : Nest racheté par Google pour 3,2 milliards de dollars

Google met un pied dans nos maisons. Le géant de la Silicon Valley vient de racheter Nest, l’entreprise qui a mis au point le premier régulateur de température intelligent (learning thermostat) pour la maison, pour la modique somme de 3,2 milliards de dollars.

Nest, fondé en 2010 par Tony Fadell, ancien ingénieur hardware d’Apple et créateur de l’iPod, emmène Google sur le chemin de la maison intelligente, connectée à nos smartphones, qui réagit à notre comportement et devance nos envies – en réchauffant par exemple la maison à bonne température juste pour l’heure où nous avons l’habitude de rentrer.

Pour Google, ce rachat signifie un tournant important vers les produits électroniques grand public (consumer hardware devices). Du smartphone, on passera bientôt au smarthome.

Pour nous consommateurs, la question est comme souvent celle de la protection de notre vie privée. Comme la polémique déclenchée autour de la nouvelle génération de compteurs électriques informatisés ici en Californie (les smartmeters de PG&E) – qui permettent aux hackers/cambrioleurs potentiels de savoir quand nous sommes hors de la maison avec une consommation électrique en baisse – la question est de savoir ce que Google fera des données collectées sur nous par ces thermostats intelligents : nos heures passées à la maison, les heures passées dehors, les heures de sommeil etc.

Les bureaux de Silicon-Valley.fr sont équipés d’un terminal Nest pour régler le chauffage, et malheureusement, ce n’est pas encore au point. Nous invitons toute personne bienveillante de chez Nest-Google à venir nous donner un coup de main, il fait pour l’instant plus chaud dehors que dedans…

LeWeb’13 Paris : bonus !

LeWeb’13 Paris : bonus !

LeWeb, c’est malheureusement fini. Ou presque ! Petit bonus de notre présence à l’événement avant de tirer le rideau sur cette édition 2013.

Après 3 jours dans les couloirs de LeWeb avec nos Google Glass, nous avons eu le plaisir de participer à l’émission Grand Talk de La Chaîne Techno 01net, avec un thème qui reprenait celui de LeWeb’13 Paris : que sera le futur d’Internet ? Les autres invités étaient : Loïc Le Meur (fondateur de LeWeb), Pascal Cagni (investisseur et ancien Président d’Apple Europe) et Fred Potter (fondateur de Netatmo, station météo pour smartphone).

De quoi avons-nous parlé lors de cette interview (dernière partie de l’émission, à partir de 23:25) ? Du futur du web…et des Google Glass bien sûr !

httpv://www.youtube.com/watch?v=-TfUH3KjXCM#t=1393

A l’année prochaine pour LeWeb’14 Paris et d’autres perspectives sur le(s) futur(s). On a déjà hâte d’y être !

 

Dominique Piotet nous fait vivre LeWeb’13 Paris J3

Dominique Piotet nous fait vivre LeWeb’13 Paris J3

Troisième et dernière journée à LeWeb’13. On finit en beauté à travers les Google Glass !



Pour l’ouverture du troisième jour, nous voyons la tablette du stand Paypal, et le iBeacon qui vous permettra de recevoir des messages personnalisés sur votre smartphone dès votre entrée dans un magasin.


Nicolas Mendiharat nous présente Recommend, le premier réseau social de bouche à oreille, dont l’algorithme maximise pertinence et confiance.


Petite touche de fierté nationale avec l’intervention d’Arnaud Montebourg.


Arnaud Montebourg s’oppose à l’Innovation destructrice @LeWeb: “We are looking for balance” between innovation and what is there already.


Mise en abîme internationale, l’iPhone danois qui filme les Google Glass qui filment l’iPhone.
Repeat.

 

Merci d’avoir suivi LeWeb’13 à travers les Google Glass de Silicon-Valley.fr !
Stay tuned for a bonus …

 

 

 

 

 

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !