Un transport souterrain San Francisco – Los Angeles ? (Elon Musk)

Un transport souterrain San Francisco – Los Angeles ? (Elon Musk)

Un transport souterrain San Francisco – Los Angeles ? (Elon Musk)

Encore une idée d’un des plus célèbres entrepreneurs en Silicon Valley, Elon Musk. L’entrepreneur sud-africain dont la fortune personnelle est estimée à 20 milliards de dollars a pour projet avec son entreprise The Boring Compagny de relier San Francisco et Los Angeles par une infrastructure de transport sous la terre.

logo de l'entreprise d'elon musk the boring company

Un nouveau projet signé Elon Musk

Elon Musk, un dirigeant de plusieurs entreprises désire révolutionner encore une fois nos modes de transport. Pour rappel monsieur Musk est actuellement CEO de Tesla et de SpaceX. La première proposant des modèles de voitures 100% électriques (capitalisation boursière dépassant les 50 milliards de dollars). Et la seconde spécialisée dans le domaine de l’aéronautique travaillant notamment avec la NASA.

C’est avec encore une autre compagnie nommée The Boring Company que l’entrepreneur veut créer un mode de transport souterrain ultrarapide dans les villes (Loop). Société fondée par Elon Musk en 2016 avec l’idée de faire des tunnels pour relier plusieurs points stratégiques d’une ville et à grande échelle les villes des Etats-Unis. Ce projet permettrait aussi de réduire les embouteillages dans les villes américaines, un vrai problème de société dans de nombreux états.

Explication du projet de tunnel entre les deux villes

Cette idée est en lien avec le projet hyperloop d’Elon Musk. Des tubes capables de transporter des marchandises et/ou des personnes à très grande vite. Permettant de concurrencer les transports ferroviaires et aériens.

Il y aurait alors deux types de transport, loop et hyperloop :

  • Loop, comme nous venons de le voir, le transport en loop permettrait de voyager sur des courtes distances comme au sein d’une ville. Pour Los Angeles cela permettrait de rejoindre plus vite l’aéroport sans passer par les bouchons de la ville. Le transport loop permettrait de voyager à une vitesse de 150 miles par heure soit plus de 240km/h.
  • Hyperloop, cela permettrait de relier plusieurs villes avec un système de tunnels similaire à celui du transport loop. À la différence que le système de tunnels serait plus complexe pour réduire un maximum les frottements dû à l’air. L’ensemble permettant possiblement d’atteindre une vitesse de 700 miles par heure (plus de 1120 km/h).

Que cela soit pour loop ou hyperloop, les modules de transport permettraient de transporter 16 voyageurs. Ces tunnels permettraient également de transporter les véhicules et notamment les voitures Tesla. Comme semble l’indiquer l’une des dernières vidéos postées sur la chaîne Youtube de The Boring Company.

 

Les premiers tests

Première image du tunnel d'elon musk et de son entreprise the boring company

Le projet de loop a dans un premier temps été testé dans la ville d’Hawthorne. Pourquoi cette ville proche de la Silicon Valley ? Car les locaux de SpaceX sont basés à Hawthorne. Ainsi les équipes d’Elon Musk pouvaient utiliser les terrains de SpaceX et notamment le sous-sol pour effectuer les premiers tests grandeur nature. Récemment, The Boring Company a obtenu un permis pour mettre en place un premier tunnel loop test sous la ville de Los Angeles.

Cette galerie atteindra 2.7 miles soit plus de 3 kilomètres. À l’avenir, Elon Musk estime à 8 minutes le temps de trajet pour traverser la ville de Los Angeles pour atteindre l’aéroport et estime un coût plus ou moins égal à celui des transports en commun actuel de Los Angeles.

Durant l’une de ces dernières conférences Elon Musk a donné plus de précision sur la création d’un tunnel reliant Los Angeles à San Francisco et donc la Silicon Valley. Pour ce tunnel, cela serait un projet d’hyperloop.

La distance entre les deux villes est de 381 miles soit plus de 600km. Elon Musk précise dans sa conférence qu’il envisage un temps de trajet de 30 minutes pour ce voyage. À titre de comparaison, un trajet Paris Marseille fait plus de 700 km et s’effectue un peu plus de 3h20 en TGV.

Mais alors pourquoi le projet n’a pas été imaginé ou mis en place plus tôt ?

Car il y a un double défi dans le projet, bien sûr rendre fonctionnel et viable l’ensemble des véhicules qui seront dans les tunnels pour atteindre de hautes vitesses. Mais également celui de creuser les tunnels. Car creuser des galeries demande de la précision et beaucoup de temps.

Le projet par le passé n’était tout simplement pas rentable. Le forage des galeries étant beaucoup trop cher et trop lent, l’idée n’était pas viable. Le projet l’est aujourd’hui pour plusieurs raisons :

  • La taille des tunnelsforeuse de l'entreprise the boring company ayant pour nom godot

En effet le diamètre des tunnels proposé par The Boring Company n’aura pas besoin d’être excessivement large. Les grands projets de tunnel comme ceux que nous connaissons comme celui sous la manche ou sous le mont blanc devaient être assez large pour la circulation dans les deux sens des voitures plus les voies de sécurité. Or ici les tunnels seront de la taille des « capsules » voire juste la taille pour faire circuler une voiture. Donc beaucoup moins de temps pour les creuser et aussi moins coûteux.

  • La puissance des machines électriques

Grâce aux recherches menées avec la société Tesla sur les moteurs électriques. The Boring Company a bénéficié des meilleures innovations pour ses foreuses électriques. Ces foreuses ont donc une plus grande vitesse de forage avec moins de problèmes mécaniques et un besoin en personnel moindre. Ce qui a pour effet de réduire considérablement le coût du forage d’une galerie.

Avec ces innovations pour la réalisation de tunnel, le projet n’est plus une utopie comme il y a encore quelques années. Un tunnel reliant San Francisco à Los Angeles aurait donc une très forte possibilité de se faire dans les quelques années à venir.

Quelques faits intéressants sur l’entreprise The Boring Company :

  • Le nom de l’entreprise 

Certains d’entre vous l’on peut être remarqué mais le nom de la société n’est pas très flatteur. On pourrait traduire cela par « L’entreprise ennuyante ». En anglais, cela est un jeu de mots avec le verbe Bore qui signifie creuser et donc The Boring Company.

  • L’entreprise vend aussi des lance-flammes

Oui, vous avez bien lu, The Boring Company vend également des lance-flammes. Cette vente insolite vient d’un tweet d’Elon Musk :

Si The Boring Company arrivait à vendre 50 000 casquettes avec le logo de l’entreprise, Elon Musk s’engageait à créer et mettre en vente des lance-flammes de la marque The Boring Company. Résultat …

Si vous désirez découvrir la Silicon Valley n’hésitez pas à nous contacter ici et à visiter notre site !
Source des images : https://www.boringcompany.com/gallery/

Les chiffres 2017 de la Silicon Valley

Les chiffres 2017 de la Silicon Valley

Les chiffres 2017 de la Silicon Valley

La Silicon Valley est pour beaucoup une source d’inspiration pour l’innovation et la création depuis de nombreuses années. Revenons sur les chiffres de l’année 2017 de cette région unique au monde.

Avant de passer aux données de la région, redéfinissons son emplacement géographique en Californie. La Silicon Valley est définie par un périmètre regroupant quatre comtés (Santa Clara, San Mateo, Alameda, San Francisco). Toutefois ce périmètre n’est pas fixe. En effet, la région s’agrandit avec l’expansion des villes ainsi depuis 2009 le comté de San Mateo est désormais inclus dans la Silicon Valley.


La population de la Silicon Valley

En Silicon Valley, on dénombre plus de 3,07 millions d’habitants. Et contrairement aux idées reçues, la population n’est pas plus jeune en comparaison avec le reste des Etats-Unis.

repartition des ages en silicon valley et sur l'ensemble des états-unis, usa, par tranche d'age

 

Comme on peut le voir sur les deux graphiques la tranche d’âge des 25-44 ans est un peu plus présente en Silicon Valley que dans le reste des Etats-Unis mais seulement avec un écart de 4 points. Au contraire les 18-24 ans sont moins nombreux en Silicon Valley que dans le reste des Etats-Unis.

Dans la même étude, on retrouve la proportion des langues autres que l’anglais parlées par les ménages sur une population de 5 ans et plus. On retrouve en première place l’espagnol à 36% (62% sur l’ensemble des Etats-Unis) puis le Chinois en seconde place avec 17%. Le français se classe comme la 10ème langue la plus parlée en Silicon Valley.

On le sait, la région de la Silicon Valley est à la pointe de la technologie dans beaucoup de domaines et notamment dans l’intelligence artificielle et la technologie en générale. Cela se retrouve également dans les foyers avec la présence d’une connexion internet et d’un ordinateur.

Ainsi les ménages de la Silicon Valley sont 96% à disposer d’au moins un ordinateur à la maison contre 89% sur l’ensemble des Etats-Unis. Et pour ce qui est de l’accès internet, ils sont 91% en Silicon Valley et 81% dans le reste des USA à disposer d’un accès au réseau chez eux.


Les chiffres de l’emploi en Silicon Valley

Pour ce qui est du nombre d’emplois en Silicon Valley, il est pour l’année 2017 de 1.6 million. Il était de 1.3 million en 2005 comme on peut le voir sur ce graphique.

Nombre d'emplois en Silicon Valley de 2005 à 2017 une croissance forte depuis 2010

On constate, une forte baisse entre 2008 et 2009 (-6.3%) du nombre d’emplois en Silicon Valley. La crise financière de 2008 a aussi durement impacté la croissance de l’emploi dans la vallée Californienne. Mais depuis 2010-2011, elle connaît une croissance stable avoisinant les 3% chaque année.

La répartition des 1 638 698 emplois se fait comme suit :

Repartition du total des emplois au sein de la Silicon Valley en fonction des secteurs d'activités

Pour ce qui du taux de chômage, il est très bas en comparaison des Etats-Unis ou de la France. Nous pouvons voir le taux de chômage sur ce graphique pour novembre 2017.

Taux de chômage en Silicon Valley, en californie et aux USA pour le mois de novembre 2017

 

On constate que le taux de chômage en Silicon Valley est de 2.5% et de presque 4% aux Etats-Unis. A titre de comparaison (toute proportion gardée avec les législations différentes) en France, le taux de chômage pour novembre de 2017 était de 9.3%. Cela démontre la forte activité mais également la forte demande d’emploi de la région. Certains postes ont du mal à trouver preneur faute de candidats et il n’est pas rare que les entreprises regardent à l’internationales pour trouver des candidats.

Le gain annuel moyen pour une personne est alors estimé à 130,879$ soit environ 101,000 € par an. On retrouve ces fortes sommes dans l’immobilier. Le prix moyen de vente d’une maison en Silicon Valley est proche du million de dollars (968 000$). Il y a eu une augmentation de 7.4% entre l’année 2016 et 2017. En Californie, le prix moyen est de 454 000$ et dans la globalité des Etats-Unis seulement 212 000$. Un exemple d’un montant astronomique pour une maison en ruine dans la Silicon Valley dans notre article ici.


Et l’écologie dans tout cela ?

La Silicon Valley est de plus en plus soucieuse des problèmes environnementaux. La preuve le nouveau siège social d’Apple est entièrement recouvert de panneaux solaires.

Pour ce qui est de l’eau et de l’utilisation de l’eau recyclée pour le quotidien. En 2000, cela représentait 1.3% du volume total d’eau, en 2017 on atteint les 5%. La consommation électrique par habitant est en diminution, elle a diminué de 12% depuis 2008. Les voitures électriques se vendent de plus en plus par le biais des marques comme Nissan, Chevrolet et Tesla essentiellement (64% du marché en SV). Enfin pour l’année 2017, 5 800 nouvelles installations de panneaux solaires ont été mis en place pour les particuliers.

Source de nos chiffres : https://jointventure.org/publications/institute-publications/1640-2018-silicon-valley-index

 

La Silicon Valley et les sommes folles de l’immobilier

La Silicon Valley et les sommes folles de l’immobilier

La Silicon Valley et les sommes folles de l’immobilier.

Dans l’actualité, on retrouve une maison de la Silicon Valley à 800 000$ (environ 650 000€). Jusque-là rien de très impressionnant. Toutefois cette petite maison ravagée par un incendie il y a deux ans et est vendue en l’état !

Une maison de la silicon valley ravagée par les flammes vendue 800 000 dollars

Maison en vente dans la Silicon Valley 1375 Bird Ave SAN JOSE, CA 95125

Explication de la situation :

Cette petite maison de San José (1375 Bird Ave SAN JOSE, CA 95125) affiche un prix de vente extraordinaire. En effet, elle est en vente au prix de 800 000 dollars. Bien évidemment, ce n’est pas le bâtiment en lui-même qui vaut ce prix mais le terrain ou elle se situe.

Ce prix exorbitant s’explique pour plusieurs raisons :

  • les biens immobiliers en Silicon Valley ont augmenté de 287% ces vingt dernières années ;
  • le prix moyen des logements est en hausse constante depuis plus de 70 mois ;
  • et la proximité avec les sièges sociaux de grands groupes (Facebook, Apple, Google …) ;
  • les salaires des employés de la Silicon Valley.

 

Le prix moyen d’un logement dans la vallée californienne est d’un peu plus d’un million de dollars. Il n’est pas rare de trouver des biens dépassant cette somme. Sur le site Zillow (une entreprise d’annonce immobilière Californienne), on peut trouver une maison datant des années 50 avec trois chambres à un prix de 1,4 million de dollars (1,1 million €).

La somme demandée de cette modeste demeure, bien qu’exorbitante, est dans la logique des prix du marché immobilier de la région de San José. Il est alors plutôt judicieux d’investir dans ce bien pour détruire la maison et en construire une toute nouvelle. Cette maison ravagée par un incendie il y a deux ans est selon l’agent immobilier un bon investissement pour le futur acquéreur. Ils seraient déjà plusieurs à avoir fait une proposition par cette maison.

Le coût de la vie dans la Silicon Valley est élevé mais les jeunes diplômés et certains stagiaires disposent de salaires très attirants. Il ne fait nul doute que cette maison trouvera un acquéreur rapidement.

 

Les origines de la Silicon Valley

Les origines de la Silicon Valley

Les origines de la Silicon Valley.

Vous devez certainement tous connaitre ce terme de « Silicon Valley », mais peut-être moins ses origines. Cette région située dans l’Etat de Californie aux Etats-Unis proche de l’Université de Stanford a une longue histoire.

immeuble illustration silicon valley

Un peu d’histoire :

La Silicon Valley n’a pas toujours été la région spécialisée dans l’industrie du numérique que nous connaissons actuellement. Á la fin du XIXème siècle, cette région était exploitée pour ses terres. L’élevage et la production fruitière en étaient les principales composantes. Ce climat doux et chaud permettant la multiplication de nombreux vergers.

Après la Seconde Guerre mondiale, cette région a connu un brusque changement. En effet, l’industrie de ce que l’on nomme les semi-conducteurs comme peuvent l’être le silicium prospéra rapidement. La production des puces électroniques remplaça petit à petit les vergers de la région pour laisser place à de grandes entreprises du numérique.

L’origine d’un nom :

L’appellation de Silicon Valley tire son origine de la matière première de la fabrication de ces puces, le silicium. Cet espace du Sud-Ouest de San Francisco fut donc baptisé « Silicon Valley ». On pourrait traduire cela par « La vallée du silicium ». Le terme a été démocratisé grâce à l’intervention d’un journaliste, Don Hoefler, dans les années 70. Don Hoefler aurait lui-même entendu ce terme de Silicon Valley lors d’un déjeuner qui parlait des sociétés du sud de San Francisco, proche de la ville de San José. Finalement, il utilisa cette expression pour la rédaction d’articles et le terme se démocratisa pour devenir la référence mondiale que nous connaissons tous.

En somme, ce berceau de la haute technologie regroupe les sièges sociaux des plus grands groupes mondiaux comme peut l’être Adobe, Facebook, Google ou encore Intel. Par ailleurs, elle est aujourd’hui la capitale mondiale de l’innovation et du digital et une source d’inspiration pour de nombreuses entreprises à travers le monde. Pour découvrir cet univers unique, vous pouvez consulter notre page ici.

Apple Park ouvre enfin ses portes !

Apple Park ouvre enfin ses portes !

Après plusieurs années de travaux, le chantier à 5 milliards de dollars, touche à sa fin. Certains des 12 000 employés d’Apple ont commencé à emménager petit à petit dans le bâtiment, appelé Apple Park 2 ou “spaceship” (“vaisseau spatial” en anglais) pour sa forme ovale.

Un rêve devenu réalité

L’un des derniers grands rêves du créateur d’Apple va enfin prendre forme. En effet, Steve Jobs en rêvait et les imaginait déjà comme “les meilleurs bureaux au monde”. C’est en 2011, avant sa mort, que le patron d’Apple avait proposé l’idée à la ville de Cupertino, sa ville natale. Le conseil municipal avait accueilli le projet à bras ouverts pour continuer à recevoir les impôts bien élevés de la marque.

Un projet fou puisque même les boutons d’ascenseurs ont été designé exprès pour le campus. “L’anneau” de 260 000 mètres carrés, ayant une circonférence d’un kilomètre et demi,  a repoussé les limites de l’architecture avec ses murs en verre incurvés et ses espaces vert. Il révèle une image futuriste, tout comme ses produits.

Un bâtiment ultra-moderne

Le bâtiment sera autosuffisant en énergie grâce notamment à son toit recouvert de panneaux solaires. Il bénéficiera d’une capacité de production de 17 mégawatts. C’est alors l’une des plus importantes installations privées de ce type au monde… 

Apple Park représente un exemple en matière d’environnement puisque plus de 9000 arbres, des plantes rares, ont été plantés sur le site, ainsi qu’un étang et 3 kilomètres de sentiers de randonnée pour les salariés. Cela représente 80% d’espaces verts.

A l’intérieur du bâtiment, les salariés de la marque pourront bénéficier “d’une salle de yoga sur deux étages, d’une cafétéria de 4 000 places où se vendent des boîtes à pizza uniques au monde capables de garder la pâte croustillante”.

Le souci du détail

Apple a voulu refléter l’image de sa marque : perfection, sobre et finesse. C’est pour cela que le chantier a prit beaucoup de retard car les demandes d’Apple ont été, parfois, excessives. Les poignées de portes ont été choisi qu’au bout de deux ans de va-et-vient. Un seul type de bois a été utilisé dans les locaux (une espèce d’érable) ou le refus catégorique de la marque d’avoir le reflet d’un tuyau sur la paroi en verre du bâtiment… Mais pas que, les artisans travaillant sur le chantiers se devaient de porter des gants.  Pour ne pas laisser de traces de doigts sur les matériaux.

L’Apple Park Visitor Center – lors de notre venue en novembre.

L’Apple Park Visitor Center

Malheureusement, seulement les salariés de la marque à la pomme pourront accéder à ce campus. Mais pour les passionnés, l’Apple Park Visitor Center a ouvert ses portes au grand public le 17 novembre dernier et sera accessible du lundi à vendredi de 9h à 19h, le samedi de 10h à 18h et le dimanche de 11h à 18h. Ce bâtiment sera le seul moyen de s’approcher de plus près possible du rêve de Steve Jobs. (à moins de postuler chez Apple.)

Malgré le fait de ne pas pouvoir rentrer au sein même du “vaisseau spatial”. Les visiteurs pourront tout de même découvrir le bâtiment grâce à une grande maquette et sa réalité augmentée. Ils pourront également apercevoir le campus depuis le toit terrasse du centre ouvert au public.

Bien évidemment, l’Apple Park Visitor Center accueillera un Apple Store. Il proposera les derniers appareils et accessoires de l’entreprise ainsi que des objets exclusifs siglés Apple.

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !