Le point sur le CES (Consumer Electronics Show) et son édition 2019

Le point sur le CES (Consumer Electronics Show) et son édition 2019

Le point sur le CES (Consumer Electronics Show) et son édition 2019


Comme tous les ans, ce début d’année est marqué par un événement mondial majeur. Il s’agit du CES qui ouvre ses portes du 8 janvier au 11 janvier pour sa 53ème édition dans la ville de Las Vegas au Nevada.

Mais alors, c’est quoi le CES ?


CES est l’acronyme pour Consumer Electronics Show qui est un salon international organisé par la Consumer Technology Association. Il s’agit aujourd’hui du plus grand salon dédié aux technologies et plus particulièrement l’innovation technologique dans de nombreux secteurs d’activité. Le CES fête ces 53 ans d’existence en ce début d’année 2019. En effet le premier salon a été organisé pour sa première édition en 1967 dans la ville de New York.

Pour cela, prenez contact avec nous et nous nous ferons une joie de répondre à vos demandes et vos questions.

 

L’origine du CES


C’est Norman Jack Wayman qui est à l’origine de l’organisation du salon du CES. Il s’est inspiré des salons des fabricants de radio des années 20 pour créer le CES. Lors de ces salons de radio les professionnels du secteur pouvaient venir tester et observer les derniers modèles de radios pour ensuite les proposer à leur clientèle.

Lors de cette première exposition de juin 1967, Jack Wayman réussit à réunir 200 exposants ce qui permettra d’attirer un peu plus de 17 000 personnes essentiellement des professionnels.
Avec les années le salon connait de plus en plus de succès, il a même été organisé deux fois chaque année avec une version Summer et une version Winter.

On retrouvait alors le SCES (Summer Consumer Electronics Show) au mois de Juin et le WCES (Winter Consumer Electronics Show) le salon à Las Vegas que l’on connaît aujourd’hui sous l’appellation CES. C’est seulement depuis 1998 que le CES est organisé dans son format actuel avec un seul salon par an à Las Vegas.

 

Le CES de nos jours


Aujourd’hui les choses ont bien changé depuis la création du salon, pour preuve les statistiques de l’année 2018 qui sont disponibles sur le site officiel du CES 2019. Le salon a dénombré 182 198 visiteurs. Sur ces 182 198, 17 338 venaient du continent européen donc 5 475 Français. On note également 4 400 exposants sur l’ensemble du salon.

Pour l’édition 2019, on sait déjà que plus de 400 start-ups françaises seront présentes au salon. On retrouvera comme chaque année les plus grands groupes mondiaux en matière de technologie comme peuvent l’être Amazon, Microsoft, HP, Bose, Sony, Google, Nvidia … Les secteurs d’activité les plus représentés seront sûrement les mêmes que l’année précédente, c’est à dire :

  • Computer Hardware et Software (matériel et logiciel informatique)
  • Smart Home (Les technologies pour l’habitat)

Dernières données intéressantes les réseaux sociaux :

  • Sur la période du 7 au 12 janvier 2018, sur les réseaux sociaux on a vu 1 051 350 mentions twitter du CES avec soit @CES soit #CES2018
  • On retrouve également sur Snapchat plus de 49,1 millions de vues sur les “story” du compte officiel du CES
  • Enfin plus de 37 000 partages de posts ont été fait sur Instagram.

Vous pouvez si vous désirez suivre cette édition 2019 via les réseaux sociaux du CES :

Twitter Snapchat Facebook Linkedin
https://twitter.com/ces cesoffcial https://www.facebook.com/CES https://www.linkedin.com/showcase/ces-2019/

 

Instagram Youtube
https://www.instagram.com/ces/ https://www.youtube.com/user/cesonthetube

 

L’édition 2019 du CES


Parmi les sujets qui seront vraisemblablement d’actualité pour cette édition 2019 on va retrouver la 5G, l’intelligence artificielle, les voitures autonomes, les objets connectés, les assistants vocaux. L’année dernière ont pu être présenté des téléviseurs 8k mais également une suite de produits innovants, pour rappel nous avons pu découvrir :

  • Un guidon de vélo intelligent. Un produit développé par l’entreprise Velco (https://velco.bike/) qui permet d’éclairer les cyclistes mais également de les guider par un système astucieux de lumière pour une destination que l’utilisateur à pu mettre sur l’application de l’entreprise.
  • Des captures UV intelligents comme nous en avons déjà parlé dans notre article sur la beauty tech;
  • Un télescope connecté français, de l’entreprise Vaonis le Stellina;
  • La valise autonome de la marque Puppy;
  • Et bien d’autres innovations technologiques dans de très nombreux secteurs d’activité.

Le CES a toujours été un salon ou l’on a vu naître des produits nouveaux et de nouvelles technologies qui ont eu un impact certain sur nos quotidiens. Par le passé, nous avons pu y voir par exemple les lancements des consoles de jeux vidéo comme la NES ou la Xbox par Microsoft en 2001 qui ont révolutionné ce secteur d’activité.

Un secteur très porteur aujourd’hui et qui représenterait rien qu’en France plus de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Alors même que ce marché n’était que très mineur lors de la première présentation de ces exemples de consoles au CES.

 

Les plus grandes innovantes technologiques


Parmi les autres innovations présentées au CES durant ses nombreuses années d’existence on peut noter le Compact Disck en 1993, la télé plasma en 2001, la télé 3D HD en 2009 ou encore les imprimantes 3D en 2014. Des changements majeurs comme les pc ou l’arrivée d’internet ont profondément marqué ce salon, aujourd’hui c’est les objets connectés qui ont une grande place chaque année et encore sûrement pour cette édition 2019.

Le CES c’est aussi l’occasion pour de nombreuses personnes de découvrir et tester des nouvelles technologies que l’on peut voir sur Youtube et sur les réseaux sociaux (De nouveaux smartphones, des casques de réalité virtuelle …). On retrouve beaucoup d’entreprises qui proposent de nouveaux produits que les professionnels pourront vendre à leurs clients (Et avoir un peu d’avance sur la concurrence).

 

Découvrir et se rendre au CES


Vous pouvez découvrir avec nous le CES avec l’une de nos Learnings Expedition. Les dates des trois prochaines éditions du CES sont déjà disponibles. Ainsi pour 2020 le CES se déroulera du 7 au 10 janvier, pour 2021 du 6 au 9 janvier et enfin pour le CES 2022 du 5 au 8 janvier.

Silicon-valley.fr vous permet grâce à nos Learnings Expedition de découvrir ce salon unique qui vous permettra d’échanger avec les exposants pour mieux connaître les tendances d’aujourd’hui et de demain.

La 5G, la scalabilité, les smarts cities, l’intelligence artificielle autant de sujets que nous abordons avec nos intervenants lors de nos rencontres avec des entrepreneurs de la Silicon Valley ou lors de nos visites d’entreprises et lieux uniques en Silicon Valley. Alors si vous souhaitez découvrir la Silicon Valley et le prochain CES de 2020 vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce bouton.

[share_box]

[blog_slider]

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

La Foodtech et le futur de notre alimentation.

Depuis de nombreuses années une tendance vers le Bio et le bien-être animal se développent. Face à cela se développe de nouvelles offres pour répondre aux consommateurs. Ces nouvelles propositions seront peut-être nos nouveaux modes de consommation à l’avenir. Nous vous proposons dans cet article quelques exemples d’alternatives alimentaires à la viande que des entreprises, des laboratoires ou encore des restaurants ont pu développer.

La viande In Vitro


Ce que l’on nomme la viande in vitro peut se résumer par le fait de cultiver de la viande en laboratoire. En effet, les cellules dans un environnement suffisamment riche peuvent se multiplier. On utilise alors des boites de Petri et on laisse se cultiver les cellules. Il faut toutefois comprendre que ce mode de production à de nombreuses limites.

Premièrement quand on parlait d’un environnement riche cela nécessite de nombreux autres « ingrédients » pour faire se multiplier les premières cellules. Certains de ces composants proviennent directement des animaux. Donc on s’éloigne du modèle de la production de viande sans avoir besoin des animaux.

Et une autre principale limite à ce mode de production de viande va être le gout. On ne retrouve pas forcément le gout de la viande que l’on mange habituellement avec ce mode de production. Pour s’en rapprocher il faut ajouter de nombreux autres ingrédients.

Enfin dernière limite, le coût que cela représente. Pour rappel l’un des premiers steaks in vitro avait coûté plus de 250 000 euros, une somme astronomique pour un seul steak. Ce procédé est donc possible mais difficilement viable pour les années à venir.

Production de viande in vitro Foodtech

L’entomophagie


Ce terme ne vous dit peut-être rien, mais vous avez surement entendu parler de cette alternative alimentaire. L’entomophagie désigne le fait que des êtres humains mangent des insectes. Dans de nombreuses cultures à travers le monde la consommation d’insecte est ancrée dans le quotidien de ces personnes.

On retrouve notamment cela dans certaines régions en Afrique ou en Asie. Il faut savoir que les insectes sont les animaux les plus présents sur notre terre. La production d’insectes est bien plus économique et plus écologique que la production de viande. Elle est donc beaucoup moins polluante. Aujourd’hui le principal problème de l’entomophagie est la perception que nous avons (Europe et Amérique) de la consommation d’insecte. Il s’agit d’un véritable frein pour le développement de cette alternative alimentaire.

Utiliser les plantes pour faire de la viande


Plusieurs restaurants proposent des burgers avec une viande végétale qui ressemblent trait pour trait à des burgers classiques. Un restaurant que nous avons pu découvrir en Silicon Valley et plus précisément dans la ville de San Francisco lors d’une de nos dernières Learning Expedition propose cette alternative.  C’est une entreprise située à Oakland qui propose à ces restaurants une formule particulière. Cette entreprise se prénomme IMPOSSIBLEFoods. Sa recette secrète, produire des similis de viande avec de nombreux autres ingrédients.

Voici à quoi ressemble l’un de ces burgers :

 

Derrière cette entreprise un véritable petit laboratoire qui étudie le gout, la texture et l’ensemble des autres aspects de la viande pour les retraduire à travers une composition de différentes plantes. Le but de cette entreprise est de reprendre tous les aspects « agréables » de la consommation de viande mais le tout avec uniquement des végétaux.

Derrière cela, on retrouve aussi un acte écologique car comme le rappel l’entreprise sur son site. L’agriculture animale occupe une très grande partie des terres (aussi bien pour la production de la nourriture des bêtes que les terres pour l’élevage). Mais également que cette industrie consomme énormément d’eau douce. On parle par exemple de plus de 15 000 litres d’eau pour produire 1kg de boeuf.

La composition de cette viande :

La composition de cette nouvelle viande végétale n’est pas disponible mais on connait les principaux ingrédients qui ont pour but de remplacer les différents éléments de la viande. Pour ce qui est des protéines, ils vont utiliser les protéines issues de la pomme de terre. Pour la couleur rouge de la viande, ils utilisent les racines de soja ce qu’ils appellent l’hémoglobine de soja en référence au sang de la viande. La graisse de la viande, ils utilisent de la noix et de coco et plus particulièrement de l’huile de noix de coco. D’autres ingrédients comme le konjac et du xanthane sont utilisés pour créer ce burger unique.

Le compte Instagram de l’entreprise :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Have you seen this burger? It answers to the name of MMMMMMMM. ?#impossibleburger

Une publication partagée par Impossible Foods (@impossible_foods) le

La foodtech


Cette alternative alimentaire est surement celle qui va le plus se développer dans les années à venir. Même si le sujet peut paraître lointain pour certain, il faut comprendre qu’il s’agit d’un sujet économique qui se développe de plus en plus et notamment en Silicon Valley, un secteur que l’on nomme la FoodTech. De nombreuses start-ups se lancent dans ce secteur. Elles ont pour vocation la création de l’impossible comme du fromage sans lait ou du poisson sans pêcher (https://finlessfoods.com/).

Longtemps réservé au domaine de la science-fiction ces nouvelles alternatives alimentaires sont perçues comme une nouvelle manière de disrupter le marché comme ont pu le faire d’autres sociétés de la Silicon Valley comme Uber ou Airbnb.

Même si aujourd’hui beaucoup de consommateurs ne sont pas en accord avec ces alternatives, car on peut trouver cela peu appétissant. Ces start-ups innovantes sont persuadées que dans quelques années les mentalités pourront et vont changer pour que ces nouveaux modes de consommation soient acceptés par le plus grand nombre. Preuve des premières avancées, la chaine de fast food White Castle a proposé à ses clients de tester cette Fake Meat (fausse viande) dans l’un des burgers de la carte.

[share_box]

[blog_slider]

Déconnexion et Bien-être digital en Silicon Valley

Déconnexion et Bien-être digital en Silicon Valley

Déconnexion et bien-être digital en provenance de la Silicon Valley.

deconnexion et bien etre en silicon valley

Nous passons de plus en plus de temps devant les écrans aussi bien devant la télévision, que nos ordinateurs et encore plus désormais sur nos smartphones et tablettes. Notre temps d’exposition aux écrans ne cesse d’augmenter, il atteindrait désormais les 5h07 par jour. Une forme de dépendance face à ces technologies commence à se créer en plus des problèmes liés à la lumière bleue et les troubles du sommeil que peuvent provoquer ces appareils. Pour lutter contre cela, les grands groupes de la Silicon Valley mettent en place des nouveaux systèmes pour nous alerter du temps que l’on passe sur nos sites ou applications préférés.

Connaissez-vous le « Fear of missing out » ou son acronyme FOMO ? Il s’agit de la peur constante de manquer une notification, un événement marquant ou encore un fait d’actualité. Cette peur s’est accentuée avec le développement des smartphones et des réseaux sociaux qui nous rendent en permanence connecté. Les entreprises de la Silicon Valley ont mis ou vont mettre en place des dispositifs pour nous aider à nous déconnecter. Bien que paradoxalement ce sont les applications et les produits de ces mêmes entreprises qui nous incitent à consulter nos écrans.

Google et le Digital Wellbeing

Google ou désormais Alphabet Inc qui regroupe l’ensemble des sociétés de Google a commencé à mettre en place des dashboard. Ces rapports pour nous indiquent le temps que nous passons sur les outils de la firme. Deux exemples de cela Youtube et Android P (Android Pie).

Les nouveaux rapports de temps d'écrans sur Youtube. La durée de visionnage

En ce qui concerne Youtube, vous pouvez via l’application sur votre smartphone voir le temps que vous avez passé sur Youtube (avec le compte Google que vous utilisez sur Youtube). Pour y accéder, il suffit de cliquer sur votre profil puis de cliquer sur Durée de visionnage. Voici un exemple des statistiques affichées par Youtube.

Une option permet à l’utilisateur de connaitre son temps d’écran journalier et hebdomadaire. Vous avez même la possibilité d’activer une notification pour vous rappeler de faire une pause si votre temps de visionnage est trop conséquent.

Android Pie ou Android P est la nouvelle version de l’OS mobile Android appartenant à Google. De la même manière que sur Youtube, Android Pie pourra vous afficher via un App Timer le temps que vous avez passé sur votre smartphone et sur l’ensemble des applications que vous avez pu installer et utiliser sur votre téléphone. Vous avez sur ce lien de Google toutes les informations sur le projet que Google nomme le Digital Wellbeing.

 

Apple et son “Temps d’écran”

La firme de Cupertino est aussi de la partie pour ce que l’on nomme le bien être numérique et la gestion de notre temps sur nos écrans.

Gestionnaire de temps de la dernière mise à jour iOS 12 nommé Temps d'écran

La version d’iOS 12 apporte désormais un espace « Temps d’écran » qui permet de consulter le temps passé sur son iPhone mais également de limiter, si l’on veut, le temps que l’on passe sur une application ou une autre. On peut ainsi connaitre le temps que l’on a pu passer sur les réseaux sociaux, sur nos mails ou encore toutes autres applications que vous avez sur votre iPhone mais aussi connaitre le nombre de notifications. Voici un extrait de ce nouveau gestionnaire de tâches.

La tendance à la déconnexion est en plein développement. Un des fondateurs d’Instagram a confirmé l’arrivée d’un gestionnaire similaire pour mesurer le temps de connexion sur Instagram. Dans une autre forme, Uber donne accès au temps total de temps passé dans les transports Uber. Un autre phénomène qui pointe une déconnexion de la part des dirigeants de la Silicon Valley est le festival Burning Man. Depuis quelques années, il n’est pas rare de croiser les plus grands dirigeants de la Silicon Valley dans ce festival qui prône la déconnexion. Reste à savoir si ces nouveaux dispositifs nous permettrons de réellement limiter notre temps d’exposition ou s’ils vont rester une fonctionnalité que l’on regardera que très peu.

 

[share_box]

[blog_slider]

Classement Interbrand 2018 : Où en sont les sociétés de la Silicon Valley ?

Classement Interbrand 2018 : Où en sont les sociétés de la Silicon Valley ?

Classement Interbrand 2018 : Où en sont les sociétés de la Silicon Valley ?

Pour la 19ème fois Interbrand classe les 100 sociétés les plus puissantes du monde. Lors de sa première édition, les cinq premières entreprises étaient dans l’ordre Coca Cola, Microsoft, IBM, Intel et Nokia. Depuis le quintet de tête a bien changé, analysons ensemble le classement de cette année et les entreprises de la Silicon Valley qui y figurent.

Des changements majeurs en moins de 20 ans

Comme on peut le voir le classement a bien changé en presque 20 ans. Apple est désormais largement leader devant Google puis Amazon. Aucune de ces trois entreprises n’étaient présentes dans le top 10 des entreprises en 2000. Plus étonnant encore, Apple était 36ème du premier classement,  Amazon 48ème et Google n’était même pas classé.

Apple a notamment connu de très bons résultats financiers en 2011-2012 avec d’excellentes ventes de ses iPhone, iPad et Mac ce qui a permis à la société de prendre la première place à Coca-Cola en 2013. Depuis cette année là, Apple n’a pas quitté la place de numéro 1 du classement Interbrand. L’année 2018 a d’ailleurs été une bonne année pour l’entreprise de Cupertino, la firme pèse dorénavant plus de mille milliards de dollars de valorisation boursière (une première historique) et a annoncé de nouveaux produits lors de sa dernière Keynote.

top classement interbrand 2018 Apple et Google encore en tête du classement comme en 2017

 

Le trio de tête est composé d’entreprises du Nord-Ouest des États-Unis, Seattle pour Amazon et la Silicon Valley pour Apple et Google (Alphabet). Respectivement les villes de Cupertino et Mountain View. D’ailleurs dans ce top 100 des entreprises, on peut noter que 50% des entreprises sont américaines démontrant encore que cette nation est la première puissance mondiale. Au total ce sont 14 nations qui sont représentées dans cette édition 2018 (Chine, Italie, Corée du Sud, Royaume-Uni, Danemark, Japon, Espagne, États-Unis, France, Mexique, Suède, Allemagne, Pays-Bas et Suisse).

La Silicon Valley et Interbrand :

Les entreprises de la Silicon Valley représentent également une large place dans ce classement. En effet, on ne dénombre pas moins de 13 entreprises dont le siège social est dans la vallée Californienne :

  • Apple (1er)
  • Google (2ème)
  • Facebook (9ème)
  • Intel (11ème)
  • Cisco (15ème)
  • Oracle (19ème)
  • Ebay (38ème)
  • Adobe (51ème)
  • HP (54ème)
  • Hewlett Packard (65ème)
  • Netflix (66ème)
  • PayPal (73ème)
  • SalesForce (75ème)

Interbrand attribue également une catégorie “Top Growing“, les entreprises qui ont connu une très forte augmentation dans leur “Brand Value”. Cette année 10 entreprises sont dans ce Top Growing dont 4 sont des entreprises de la Silicon Valley. Il s’agit d’ Adobe qui a vu sa valeur augmenter de plus 19% par rapport à l’année dernière, de Netflix +45%, de PayPal +22% et de SalesForce +23%.

Vous vous êtes peut-être posé la question de comment cette Brand Value est calculée par Interbrand. Interbrand se base principalement sur trois critères :

  • Les résultats financiers de l’entreprise;
  • L’influence sur le choix des consommateurs;
  • La force de la marque par rapport à ses concurrents.

Outre ces trois éléments, pour figurer au classement Interbrand les entreprises doivent avoir une zone de marché qui s’étend sur l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Europe. Enfin, un minimum de 30% des revenues de la société doit venir d’en dehors de sa zone d’origine. L’ensemble de ces éléments permet à Interbrand de définir une valeur, la Brand Value, qui permet de classer les entreprises les unes par rapport aux autres.

Voici le classement total (Top 100) :

Classement du top 100 Interbrand

Et les entreprises Françaises ?

Cette année ce sont 9 entreprises Françaises qui sont présentes dans le classement :

  • Louis Vuitton (18ème)
  • Chanel (23ème)
  • Hermès Paris (32ème)
  • Axa (47ème)
  • L’Oréal (48ème)
  • Danone (58ème)
  • Cartier (67ème)
  • Dior (91ème)
  • Hennessy (98ème)

Deux nouvelles sociétés françaises apparaissent dans ce classement 2018, Chanel et Hennessy. Deux raisons différentes font qu’elles intègrent le classement cette année. Pour Chanel, elle intègre le classement car l’entreprise a communiqué publiquement pour la première fois ses données financières. Sans la publication de ses données Interbrand ne pouvait pas l’intégrer au classement même si l’on se doutait qu’elle pouvait y figurer sachant que ses principaux concurrents dans le secteur du luxe étaient déjà présents les années passées.

D’ailleurs son concurrent Louis Vuitton connait l’une des plus belles croissances pour cette année 2018 avec +23%. Louis Vuitton est une entreprise appartenant au groupe LVMH. LVMH est l’acronyme de Louis Vuitton Moët Hennessy, on retrouve alors Hennessy qui est une marque de Cognac de luxe qui se classe 98ème au classement Interbrand.

Preuve supplémentaire de la force, du poids que représente ce classement pour les entreprises, les réseaux sociaux. En effet, les marques affichent fièrement leur classement sur Twitter. Voici quelques exemples :

Nestlé :

Adobe :

SalesForce :

Caterpillar :

Ebay :

Pour découvrir ces sièges sociaux, cette région riche en entrepreneuriat et en innovation, vous pouvez participer à une de nos Learning Expedition en Silicon Valley :

[blog_slider]

10 autres sièges sociaux dans la Silicon Valley

10 autres sièges sociaux dans la Silicon Valley

10 autres sièges sociaux dans la Silicon Valley

Notre premier article sur cette même thématique a bien fonctionné, vous pouvez d’ailleurs le retrouver ici. Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir 10 autres sièges sociaux en Silicon Valley. Dix autres célèbres entreprises parmi les plus puissantes du monde et le plus souvent leader dans leur secteur d’activité avec leur siège social dans la vallée californienne. D’ailleurs nous rencontrons plusieurs de ces entreprises lors de nos Learning Expedition en Silicon Valley.

1- UBER

Siège social d’UBER : 1455 Market St #400, San Francisco, CA 94103, États-Unis

Premièrement Uber, la start-up a été fondée en 2009 par trois américains Garret Camp, Travis Kalanick et Oscar Salazar. L’application permet de mettre en relation des chauffeurs avec des passagers, le système est assez similaire à celui des taxis à la différence que les chauffeurs sont des auto-entrepreneurs et ne disposent généralement pas de la licence de taxi.

Le modèle économique innovant de l’entreprise lui a permis de devenir une place forte en Silicon Valley et désormais dans le monde. Aujourd’hui, on parle même d’uberisation du marché. Depuis 2009 la société Uber est à plus de 3 millions de chauffeurs-partenaires et plus de 75 millions de passagers dans 65 pays à travers le monde.

2- Twitter

Siège social de Twitter : 1355 Market St #900, San Francisco, CA 94103, États-Unis

Deuxièmement, l’entreprise Twitter Inc a basé son siège social dans la ville de San Francisco. Twitter Inc a été créée en mars 2006 par quatre entrepreneurs Jack Dorsey, Noah Glass, Biz Stone et Evan Williams. Les quatre fondateurs ont alors créé le réseau social que l’on connaît désormais tous ou l’on peut poster des messages avec une limite de 280 caractères. Aujourd’hui, on compte 335 millions d’utilisateurs actifs par trimestre, ce nombre n’était que de 30 millions pour le premier trimestre de 2010.

3- Linkedin

Siège social de Linkedin : 1000 W Maude Ave, Sunnyvale, CA 94085, États-Unis

Comme Twitter, Linkedin est un réseau social mais celui-ci est dédié au professionnel. Linkedin a été créé en 2003 par Reid Hoffman et Allen Blue.  En juin 2016 l’entreprise est rachetée par Microsoft pour une somme avoisinant les 26 milliards de dollars soit plus de 23 milliards d’euros. Le site a atteint les 546 millions d’utilisateurs en juin 2018.

4- Dropbox

Siège social de Dropbox : 333 Brannan St, San Francisco, CA 94107, États-Unis

Fondée en 2007 par Drew Houston et Arash Ferdowsi, Dropbox est un service de cloud computing, où chacun peut se créer un compte pour avoir accès à toutes ses données sur n’importe quel appareil. L’entreprise est entre autres célèbre pour sa restauration au sein de son siège social . L’entreprise compte aujourd’hui plus de 500 millions d’utilisateurs dans 180 pays.

5- Airbnb

Siège social d’Airbnb : 888 Brannan St, San Francisco, CA 94103, États-Unis

Fondée par trois entrepreneurs américains Brian Chesky, Joe Gebbia et Nate Blecharczyk, Airbnb fait aujourd’hui partie de ce que l’on nomme les NATU. Ces quatre entreprises qui ont par leur modèle économique innovant changé nos modes de consommation. Airbnb permet de mettre en contact des propriétaires d’appartements ou de maisons avec des voyageurs ou vacanciers. Ainsi contre rétribution les propriétaires laissent leur appartement à la disposition des voyageurs. En 2018, Airbnb représente plus de 5 millions de logements à travers plus de 191 pays à travers le monde.

6- Adobe

Siège social d’Adobe : 345 Park Ave, San Jose, CA 95110, États-Unis

Adobe Systems est une entreprise informatique qui édite des logiciels. Parmi les plus célèbres logiciels, on va retrouver Photoshop, InDesign, Illustrator ou encore Adobe Acrobat pour la lecture des fichiers en format PDF. L’entreprise a été créée en 1982 par Charles Geschke et John Warnock son siège social est aujourd’hui établi à San José en plein cœur de la Silicon Valley. L’entreprise compte plus de 18 000 employés dans le monde.

7- Pinterest

Siège social de Pinterest : 651 Brannan St, San Francisco, CA 94107, États-Unis

Pinterest propose sur son site la possibilité de publier des photos sur son compte que les autres utilisateurs peuvent découvrir. Le site créé par Paul Sciarra, Evan Sharp et Ben Silbermann en 2010 compte désormais plus de 200 millions d’utilisateurs actifs par mois pour un chiffre d’affaires estimés à plus de 550 millions de dollars.

8- PayPal

Siège social de PayPal : 2211 N 1st St, San Jose, CA 95131, États-Unis

Entreprise fondée en 1998, PayPal est un service de paiement en ligne. L’un de ses fondateurs est Elon Musk, le célèbre chef d’entreprise de la Silicon Valley qui possède notamment Tesla, The Boring Company ou encore SpaceX. L’entreprise a généré un chiffre d’affaires de plus de 11 milliards de dollars en 2016. Paypal représente aujourd’hui plus de 80% de parts de marché des paiements par voie électronique.

9- Cisco

Siège social de Cisco :  170 W Tasman Dr, San Jose, CA 95134, États-Unis

Créée en 1984 par Sandra Lerner et Leonard Bosack, Cisco Systems est spécialisée dans la vente de matériel informatique et plus particulièrement sur tout ce qui est équipement réseau. Cela regroupe des switchs, des routeurs et bien d’autres. L’entreprise est l’une des places fortes de la Silicon Valley, elle est d’ailleurs classée 16ème au classement Interbrand 2017. Fort de son attachement à la Silicon Valley son logo représente le pont mythique de San Francisco, le Golden Gate sous forme de barre réseau wifi. L’entreprise se définit elle-même comme le leader mondial de la transformation numérique, de l’IT et des réseaux.

10- Oracle

Siège social d’Oracle : 100 Oracle Pkwy, Redwood City, CA 94065, États-Unis

Entreprise fondée en 1977 par Larry Ellison, Oracle est un éditeur de logiciels et plus particulièrement de PGI (Progiciel de Gestion Intégré). L’entreprise a notamment produit MySQL Server ou encore Oracle Database.

11- SalesForce (bonus)

Siège social de SaleForce : 1 Market St #300, San Francisco, CA 94105, États-Unis

SalesForce est un éditeur de logiciels, le succès de cette entreprise lui vient de ses solutions de CRM (Customer relationship Management). Ces logiciels qui permettent de gérer plus facilement la communication, le marketing et le relationnel des clients et des prospects d’une entreprise. La compagnie a été créée en 1999 par Marc Benioff, Parker Harris, Dave Moellenhoff et Frank Dominguez, l’entreprise est 84ème  au classement Interbrand 2017.

Pour découvrir ces sièges sociaux, cette région riche en entrepreneuriat et en innovation, vous pouvez participer à une de nos Learning Expedition en Silicon Valley :

 

[blog_slider]

Quelles seront les avancées majeures de la médecine de demain ? (1/2) Silicon-Valley.fr

Quelles seront les avancées majeures de la médecine de demain ? (1/2) Silicon-Valley.fr

La médecine de demain ? (IA, Robotique, Génomique …)

La médecine, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a de très grandes chances de ne plus ressembler à ce que nous connaissons. En grande partie à cause des derniers progrès technologiques qui facilitent ou faciliteront nos quotidiens.

Dans cet article nous allons voir de nombreux changements qui sont déjà en place ou arriveront dans les prochaines années.

Les consultations à distance

En France et comme dans d’autres pays du monde les déserts médicaux commencent à devenir problématiques. Les zones rurales sont durement impactées par ce phénomène. Cela malgré un nombre croissant de médecins en France 220 000 aujourd’hui pour un peu plus de 100 000 en 1980. Parmi les nombreuses solutions proposées comme le pacte territoire santé, une solution serait les consultations à distance.

Les auscultations pourraient donc se faire directement de chez soi et cela est déjà le cas. Via un écran interposé le médecin peut donner un premier diagnostic au patient. Bien sûr, encore aujourd’hui cela ne peut pas remplacer une consultation physique.  La télémédecine et ce que l’on nomme déjà les téléconsultations pourraient vite évoluer pour remplacer totalement une consultation « classique » chez son praticien.

Certains cabinets médicaux en Silicon Valley proposent la réservation via smartphone pour des téléconsultations ou des consultations classiques (One Medical à San Francisco)

One medical en silicon valley San Francisco

L’intelligence artificielle

  • Traitement des données.

C’est surement l’une des avancées majeures que la médecine va connaitre dans les années à venir. L’intelligence artificielle se développe à grande vitesse et réalise de plus en plus d’exploit. Parmi les domaines d’applications de l’IA, on retrouve la médecine. Et notamment dans l’étude des analyses et l’établissement de diagnostics aux patients.

En effet, on commence à programmer des intelligences capables de comparer des radiographies ou de détecter des anomalies dans des analyses. Tout cela grâce à des millions et millions de données qu’une IA peut traiter en quelques minutes permettant de mettre en évidence le ou les dysfonctionnements du corps. Cela réduirait le nombre d’erreurs dans les diagnostics et améliorerait le traitement des patients.

radio-silicon-valley-medecine

Les patients étant pris en charge plus rapidement avec des analyses plus rapides, les médecins pourraient donner de meilleurs traitements. De plus l’un des avantages de l’IA est sa capacité à ne pas être fatiguée et donc de travailler 24h sur 24.

Dans le domaine de l’intelligence artificielle appliqué à la médecine c’est principalement Google qui réalise les plus grosses avancées. L’entreprise dispose même d’une filiale nommée Verily qui est spécialisée dans la recherche sur la santé basée dans la Silicon Valley.

  • Un microscope intelligent pour détecter les cancers.

Pour déceler un cancer, les médecins et chercheurs doivent examiner chaque cellule et il est parfois difficile de reconnaître une cellule cancéreuse d’une cellule saine. Les employés de Google ont donc eu l’idée de créer un microscope basé sur la réalité augmentée pour détecter les cancers en temps réel.

Des pathologistes et des chercheurs ont « aidé » l’ordinateur à différencier une cellule cancéreuse d’une cellule saine en lui donnant de nombreux exemples concrets. Cela permet d’avoir un deuxième avis quasi instantanément au médecin quand il analyse les cellules. C’est ce qu’on appelle le Machine Learning. La machine apprend pour s’améliorer et donner de meilleurs résultats au fur et à mesure des analyses qu’elle réalise.

  • Remplacer les ophtalmologues

C’est encore l’entreprise Google qui a mis en place une intelligence artificielle qui est capable, elle, de diagnostiquer plusieurs maladies oculaires. Un scanner de la rétine du patient est réalisé permettant ensuite à la machine de détecter ou non une maladie. Préalablement on a fait apprendre à la machine une liste de maladies oculaires les plus courantes. La machine a été testée et 94% des avis des ophtalmologues correspondaient à ceux de la machine de Google.  Montrant ainsi la puissance et l’aide que peuvent apporter ces intelligences aux praticiens.

Comme on peut le comprendre, l’intelligence artificielle peut et a un réel impact sur la médecine permettant d’aider les médecins dans leur quotidien.

La beauty tech

Un secteur un peu à part de la médecine mais qui aura un impact réel sur la santé des populations futures. En effet comme nous avons pu le voir dans un article précédent, la beauty tech va permettre d’alerter et prévenir des problèmes de santé.

Pour donner un exemple de cela, prenons le UV Sense de l’Oreal. Un capteur d’UV qui a été présenté au CES 2018. Cela se présente sous la forme d’un petit patch que l’on colle sur un ongle. Cela va permettre de connaitre entre autres son taux d’exposition au soleil. Permettant d’avoir une alerte sur son smartphone si nous sommes trop exposé au soleil et donc aux UV.

Beauty tech en silicon valley technologie et beauté

Au-delà du coté esthétique avec le bronzage, ce patch permet de faire de la prévention sur les dangers du soleil. Cela peut potentiellement réduire le nombre de mélanome ou d’autres maladies de peau. Cela est un exemple parmi d’autres.

La robotique

La robotique contribue et va contribuer à profondément changer la médecine. Ces dernières années, c’est le robot Da Vinci qui s’est fait connaitre. Un robot dédié à la chirurgie composé de deux parties. La première avec une caméra et l’ensemble des instruments chirurgicaux sur des bras articulés. Et une deuxième avec « le poste de commandement » pour le chirurgien qui peut manipuler avec précision les bras articulés pour effectuer son opération. Ce robot comme d’autres sont présents pour répondre à deux problématiques de la chirurgie.

  • De plus en plus de patients à soigner. Avec l’allongement de la durée de vie et le vieillissement des populations dans les pays développés. Le nombre d’opérations même simples sont en constante augmentation. Les robots aident donc à remplacer du personnel chirurgical qui peut souvent manquer dans les hôpitaux.
  • Une demande de soin de meilleure qualité. En effet, avec les avancées de la médecine les patients sont de plus en plus exigeants sur la qualité des soins produits par les hôpitaux. Les robots permettent donc de réduire les aléas de la chirurgie avec des opérations qui sont en définitives moins invasives et plus précises.

chirurgie-silicon-valley-medecine

Les nanorobots seront surement l’un des plus grands changements pour la médecine moderne. Ils sont aujourd’hui en phase de test dans plusieurs laboratoires. Des robots d’une taille de quelques microns (10 microns = 0.01 millimètre) qui pourront circuler dans notre corps notamment via notre circulation sanguine. Ces nanorobots auront pour but de diffuser des médicaments sur des zones extrêmement précises. Les chercheurs commencent même à travailler sur le traitement de cancer via des nanorobots pour éviter de passer par de lourde chimiothérapie.

Les améliorations de la génomique

La génomique est un domaine scientifique de la médecine qui étudie les gènes de l’ensemble des êtres vivants. Etudier les gênes et donc l’ADN de l’homme et des autres espèces va permettre de mieux connaitre la vie et le fonctionnement des espèces. En recherchant de nouveaux gènes d’une part puis en comprenant la fonction de ces mêmes gènes, cela va permettre des progrès pour lutter et guérir des maladies. L’informatique tient un grand rôle dans l’étude des gènes. Car chaque progrès matérielles et logicielles aident aux séquençages des gènes plus rapidement.

Par exemple, le homard selon plusieurs chercheurs ne vieillirait pas et d’autres espèces du règne animal ont des facultés ou particularités qui pourraient guérir de nombreuses maladies. La génomique est donc un des domaines les plus porteurs pour l’avenir de la médecine.

L’entreprise 23andMe dont Google a été l’un des investisseurs permet en contrepartie d’une centaine de dollars, une analyse de son code génétique. L’entreprise pouvait vous donner des informations tels que la probabilité de contracter une ou plusieurs maladies génétiques. Mais depuis quelques temps avec des restrictions gouvernementales. Elle ne peut donner que des informations sur nos ancêtres et autres histoires via notre patrimoine génétique. En 2007 dans la même entreprise le prix tournait autour des mille dollars l’analyse. Démontrant les progrès de la recherche d’une part et les problèmes liés à l’éthique de l’autre.


Bientôt la deuxième partie de l’article sur l’éthique de ces progrès médicaux.

[blog_slider]

S'abonner à notre Newsletter

 
Rejoignez notre newsletter pour être au courant des prochains voyages
 

Vous vous êtes abonné avec succès !